RENCONTRE AVEC LES FORCES VIVES DE BORKOU

Le Marechal du Tchad a rencontré cet après-midi, les forces vives de la province du Borkou.

Les questions liées à la paix, la cohabitation pacifique, l’autorité de l’Etat et le développement de la province ont été abordées. Le Chef de l’Etat a fait plusieurs annonces.

Tout ce que le Borkou a comme cadres, autorités civiles, militaires, traditionnelles et religieuses ont répondu à cet appel du Marechal du Tchad, venu les rencontrer. Ce qui est convenu d’appeler comme une rencontre de vérité s’est déroulée dans une parfaite ambiance faite de cordialité et d’échanges francs.

Dans un ton élogieux et plein d’amabilités, le gouverneur de la Province du Borkou, Ahmat Kardayo Hissein a salué le charisme et le leadership du Président de la République, « le digne fils de Borkou ».  Le patron de la province a ensuite égrené un long chapelet de doléances. 30 au total, pour dire combien, cette province de plus de 230 mille âmes a besoin d’investissements presque dans chaque secteur.

Des châteaux d’eau, des centrales solaires, des voiries urbaines, des instituts universitaires et écoles techniques, des unités de transformation, centres de santé, bref, tout ce qui est essentiel pour enclencher le développement de Borkou.

Dans sa réponse, le Marechal du Tchad a remercié la population de Faya et de la province pour l’accueil plein de chaleur dont il a fait objet, lui et sa délégation, lançant au passage : « je suis chez moi », avant d’évoquer  plusieurs questions touchant aux réalités locales.

Le Président de la République a évoqué tout naturellement, l’autorité de l’Etat, la sécurité, la paix, l’unité nationale, le développement local, la place de jeunes et de femmes dans tous ses programmes et projets.

Il a insisté sur l’éducation qui est une préoccupation et un défi pour  Borkou. Le Chef de l’Etat relève le manque d’enseignants et pourtant une école nationale d’instituteurs, sur demande de la population, a été construite en 1995. Il faut combler ce vide, appelle-t-il, les élites et élus locaux.

La fraude, la contrebande, le trafic de drogue et des êtres humains vers la Libye, sont autant des maux qui sapent le développement de la province, dit-il, non sans indexer l’orpaillage clandestin, qui constitue aussi une des causes de l’insécurité dans le Borkou.

Pour le Chef de l’Etat cette situation est créée et entretenue. « Tout le monde est impliqué. Il faut arrêter cela », interpelle, le Président de la République, qui explique que le retard du Borkou provint des causes connues. Des rebellions cycliques, le non-respect de l’autorité de l’Etat et l’insécurité.

Tous les projets demandés par les autorités provinciales ont trouvé des réponses satisfaisantes. Un projet de construction d’un réseau à fibre optique sur le linéaire Biltine-Kalait-Faya-Fada d’un coût de plus de 12 milliards de F CFA, un centre communautaire multimédia, programme d’alimentation en eau potable à Faya et dans plusieurs départements, des centres de santé et centres vétérinaires, des puits pastoraux, la mise en norme de l’aéroport de Faya, des voiries urbaines, etc. La ville sera dotée également de 7 mégawatts d’énergie électrique.

Tous ces investissements et les autres ne peuvent se concrétiser sans la paix et la stabilité interpelle le Chef de l’Etat, qui implique tous les fils et filles de Borkou à jouer leur partition.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية