MOT DE SON EXCELLENCE HINDA DEBY ITNO AU LANCEMENT DU PLAN D’ACTION DE LA PREMIERE DAME DE LA SIERRA-LEONE

  • Publier Le : 18/12/2018 12:23


    MOT  DE SON EXCELLENCE HINDA DEBY ITNO AU LANCEMENT DU PLAN D’ACTION DE LA PREMIERE DAME DE LA SIERRA-LEONE

    Monsieur le Président de la République
    Monsieur le vice-président
    Ma chère sœur Fatima Maada Bio, Première Dame de la République de Sierra-Leone
    Mes chères Premières Dames ;
    Je voudrais avant tout propos à travers vous et votre illustre époux, Son Excellence Monsieur le Président Julius Maada Bio, remercier, au nom de la délégation qui m'accompagne et en mon nom propre le peuple de la Sierra Leone pour l'accueil combien chaleureux et fraternel dont nous sommes l'objet depuis notre arrivée.
    Distingués personnalités administratives ;
    Autorités traditionnelles et leaders religieux ;
    Mesdames ;
    Messieurs ;

    Tout protocole observé.
    Nous sommes très honorés de prendre part à ce grand événement dédié à un sujet dont nous appréhendons parfaitement l'importance car notre pays le Tchad par son histoire tumultueux des décennies durant est confronté aux mêmes défis auxquels fait face la République de la Sierra Leone dont le mariage d'enfants et l'autonomisation des femmes et des filles objet de la présente cérémonie.
    Mesdames ; Messieurs,
    Le 30 janvier 2015 à Addis-Abeba en Ethiopie, l'Union Africaine en lançant la campagne disait vouloir « mettre fin au mariage d'enfants d'ici 2063 ». Son Excellence, IDRISS DEBY ITNO, le Président de la République du Tchad a dit ceci, je cite : « d'ici 2063, combien de filles aurions-nous sacrifiées ! Moi je suis pour l'horizon 2020 », fin de citation. C'est ainsi que le 14 Mars 2015, Son Excellence IDRISS DEBY ITNO a signé l'ordonnance 006/PR/2015 Interdisant le mariage d'enfants en République du Tchad. Cette Ordonnance a été largement approuvée par l'Assemblée Nationale à travers la loi 029 promulguée en fin juillet 2018.
    Mesdames ;
    Messieurs.
    Conscient que les lois à elles seules, ne sauraient mettre un terme à ce drame, avant le lancement de la Campagne, nous avons entrepris un plaidoyer soutenu auprès de tous les groupes influents. Nous avons obtenus leurs engagements écrits à soutenir la campagne contre le mariage d'enfants. Au lancement de la Campagne le 14 Mars 2015, chaque groupe a lu devant plus de 1.500 participants sa lettre d'engagement.
    Le Gouvernement par la voix du Ministre de l'Administration du Territoire, l'Assemblée Nationale par la voix d'un membre du bureau du Président de l'Assemblée, la Présidente de l'Association des Femmes Juristes du Tchad a lu au nom de toutes les organisations de la société civile, le Représentant des Autorités traditionnelles et leaders religieux par le Secrétaire Général de la plate-forme multiconfessionnelle qui regroupe les musulmans, catholiques et Protestants. Le lancement a été largement couvert par tous les médias publics et privés. Des filles survivantes du mariage d'enfants par leurs témoignages ont bouleversé le public.
    Mesdames ;
    Messieurs.
    Depuis lors, nous sommes tous engagés dans la campagne contre le mariage d'enfants dont les conséquences sont graves et compromettent non seulement la vie des filles, mais aussi celle des garçons car en Afrique les mariages arrangés entre familles parfois avant 18 ans perturbent plus d'un jeune parce qu'il n'a pas eu l'opportunité de choisir.
    La Campagne continue à travers les divers canaux de communication. Tous les acteurs ayant pris solennellement l'engagement le jour du lancement y participent activement.
    Les enfants dénoncent les mariages des mineurs programmés, l'Association des Femmes Juristes du Tchad et celles de droits de l'homme suivent de près tout dossier y relatif.
    Chers frères et Sœurs de Sierra Leone qui comme le Tchad a connu la guerre se doit de veiller aux filles et aux femmes force motrice du développement. Aujourd'hui, cette prise de conscience collective de nos pays en matière d'autonomisation de la femme ouvre de nouvelles perspectives pour nos pays respectifs, voire pour notre continent.
    Mesdames ;
    Messieurs.
    Les ressources naturelles qui nous causent tous les problèmes ne profiteront à nos peuples que lorsque nous aurons suffisamment étudié, lorsque nous aurons maîtrisé la formation et la technologie. De ce qui précède, la place des enfants est à l'école. Nous devons encourager nos enfants à aller le plus loin possible dans leurs études.
    Ma très chère sœur Première Dame,
    Depuis plus d'une décennie je contribue à l'éducation des filles et garçons des familles les moins nantis en leur offrant chaque année des Kits scolaires. Aux meilleurs élèves des établissements j'offre des bourses d'excellence que je recherche auprès des partenaires tant nationaux qu'internationaux.
    Pour clore ce volet du mariage d'enfants, j'attire l'attention des parents qui donnent leur fille en mariage soit disant pour régler leurs problèmes économiques, ils ne font que pérenniser le cycle de pauvreté.
    Cette pauvreté est à l'origine du taux d'infection au VIH et du SIDA contre lequel nos pays sa battent depuis plus de trois décennies. Nous sommes tous engagés pour y mettre fin à l'horizon 2030. Aussi, voudrais-je vous exhorter à vous faire dépister pour ne pas manquer le rendez-vous de 2030 qui passe par l'élimination de la transmission du VIH de la mère à l'enfant, tous sommes concernés.
    Que faire me direz-vous ?
    Frères et sœurs de Sierra Leone, l'autonomisation des femmes et des filles est au centre de tous les débats, il est plus facile de trouver une oreille attentive à ce sujet.
    L'engagement des plus hautes autorités du pays est un élément capital. Au Tchad, Son Excellence IDRISS DEBY ITNO, Président de la République du Tchad y veille personnellement, obligeant aussi tout le Gouvernement à lui emboîter le pas. Notre pays vient de se doter d'une ordonnance instituant un quota obligatoire de 30% dans toutes les fonctions nominatives et électives pour passer progressivement à la parité.
    Aussi, nous-mêmes, femmes sommes engagées pour la mise en œuvre réelle de cette politique volontariste à l'égard des femmes pour le grand bonheur de tous. Point n'est besoin de vous dire que lorsque la femme a les moyens, la famille ne peut que bien se porter.
    Distingués participants ;
    Mesdames,
    Messieurs.
    Le mariage d'enfants n'a aucun bienfait, ni pour la fille, ni pour la famille. La mortalité maternelle,  infantile  et néonatale  et les  fistules  en sont les conséquences pourtant évitables.
    Mobilisons-nous tous ensemble, pour qu'aucun enfant ne soit marié avant la majorité et contre son gré.
    Je souhaite pleins succès à cette campagne, qui j'en suis sûre réécrira l'histoire de la République de la Sierra Leone.
    A la veille de la nouvelle année que nous espérons atteindre par la grâce de Dieu, je souhaite à chacun de vous et à vos proches une bonne et heureuse année 2019.
    Je vous remercie pour votre aimable attention