» Actualité du Jour

  • MOT DE LA PREMIÈRE DAME DU TCHAD A LA 23ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE L‘(OPDAD)

    Publier Le : 09/07/2019 12:39


     MOT DE LA PREMIÈRE DAME DU TCHAD A LA 23ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE L‘(OPDAD)

    -    Ma Très chère sœur, Mme Aïssata Mahamadou Issoufou, Première Dame du Niger ;
    -    Mes très Chères sœurs Premières Dames ;
    -    Madame Amira Elfadil Mohamed, Commissaire de l’Union Africaine en charge des Affaires Sociales ;
    -    Chers partenaires ;
    -    Distingués invités ;
    -    Mesdames et Messieurs.
    Quatre mois après la tenue de notre dernière Assemblée Générale à Addis-Abeba, notre pays de siège, nous voici réunies   à Niamey, pays du Sahel d’où je suis ressortissante pour tenir notre 23ème Assemblée Générale.
    C’est avec un  immense plaisir que je me retrouve aujourd’hui, parmi les miens au bord du fleuve Niger qui charrie tant d’espoir et d’espérance pour débattre du thème : « collaborer pour transformer l’Afrique : répondre aux besoins des populations vulnérables ».
    Fofo et Sanou au Président de la République du Niger, à son gouvernement et au peuple nigérien pour l’accueil fraternel et légendaire qui tire sa source de la pure tradition sahélienne.
    A ma sœur  Aïssata Mahamadou Issoufou, Première Dame du Niger, qu’il me soit permis de vous dire ce petit mot : « Sanou Da Aïky ! Allah Bamou Saha ». 
    Merci pour tout.
    Chères sœurs Premières Dames ;
    Mesdames et Messieurs.
    A l’image de ce fleuve Niger, un don de la nature qui permet aux populations de nos 09 pays qu’il traverse de tirer leur pitance journalière, le thème de notre 23ème Assemblée générale est une invite à une synergie d’action de toutes les Premières Dames d’Afrique réunies au sein de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDAD).
    Que ce doux courant du Fleuve Niger chargé d’énergie nous inspire dans nos délibérations pour relever un défi commun : celui de vaincre l’adversité en nous plaçant aux côtés des populations vulnérables. Nous devons tous ensemble, être des soldats de l’humanitaire à l’effet de contribuer énergiquement à créer un monde sociable, capable de donner à chacun et à tous, le minimum vital.
    S’inscrivant dans cette logique de l’humanitaire, j’ai créée le 11 janvier 2017 dans mon pays le Tchad, une  Fondation baptisée « Grand Cœur ».
    Regroupant en son sein, 70 bénévoles dévoués et engagés sur la base d’une charte de volontariat, la FGC s'est fixée comme objectifs de soutenir, accompagner et soulager les souffrances  des couches démunies et vulnérables.
    De la santé au développement rural en passant par l'éducation, l'accès à l'eau potable,  l'énergie, le mieux-être social et l'autonomisation de la femme, la FGC a imprimé ses marques en deux ans et cinq mois d’exercice.
    Sur le terrain de la santé, nous avons notamment procédé, il y moins d’une semaine, à la pose de la première pierre de construction d’un complexe hospitalier ultramoderne.
    Cette structure hospitalière, fruit d’un partenariat entre ma Fondation et la Fondation Djabr Alkhawatar sera bâtie sur 11 hectares et aura une capacité de 1000 lits.
    L’inauguration à N’Djaména très bientôt d’un Centre pour la formation et l’encadrement des enfants en situation difficile, l’organisation de 46 caravanes ophtalmologiques et pluridisciplinaires avec à la clé 250. 822 consultations et 22. 673 opérations médicales gratuites menées avec succès sont au nombre de nos actions concrètes. A cela, il convient d’ajouter la distribution gratuite de 22.000 verres correcteurs. 
    En outre, 562 enfants tchadiens souffrant de diverses malformations congénitales ont été opérés grâce à une prise en charge gratuite de la Fondation Grand Cœur. Une unité d’oncologie pédiatrique avec pour objectif de prendre en charge 30 enfants souffrant de cancer est également créée N’Djaména.
    En matière d’éducation, 50. 000 Kits didactiques et scolaires sont offerts aux enfants démunis ainsi que 500 Bourses scolaires et 70 bourses universitaires tant à l’intérieur du pays qu’à l’extérieur.
    S’agissant de  l’autonomisation de la femme, ma fondation a formé et offert à 800 groupements féminins du Tchad, 6.600 matériels agricoles et machines destinés aux activités génératrices de revenus. 3.000 matrones reparties sur toute l’étendue du territoire national ont été également formées. Dans la même veine la FGC a  équipé la plupart des provinces du Tchad des Centres de couture féminins.
    Chères sœurs Premières Dames ;
    Mesdames et Messieurs.
    Pour 2019, la Fondation que je préside, projette d’exécuter un certain nombre de programmes qui nous tiennent particulièrement à coeur :
        Organiser une caravane pour la correction visuelle des  10. 000 enseignants ;
        Mettre sur pied une unité de prise en charge de grands brûlés à N’Djaména;
        Construire un centre de haute couture à N’Djaména ;
        Lancer l’opération baptisée « Tables-bancs » pour les écoles des 23 provinces que compte mon pays ;
        Lancer l’Initiative « don de sang, don de vie » pour appuyer le Centre de transfusion sanguine du Tchad, etc.
    Chères sœurs Premières Dames ;
    Mesdames et Messieurs.
    Du haut de cette tribune, qu’il me soit permis d’exprimer toute ma reconnaissance à l’ONUSIDA qui m’a élevé l’année dernière au rang d’Ambassadeur spécial de l’ONUSIDA.
    Au Tchad, la prévalence actuelle du SIDA incite à l’optimisme. Elle était de 3,3% en 2015 pour chuter à 1,5%. Mais, pour garantir la victoire sur le Sida d’ici 2030, un changement responsable et radical  de comportement est attendu des jeunes, les bras séculiers de l’Afrique.
    Je ne saurais passer sous silence, le Projet de l’OPDAD en collaboration avec l’UNICEF dans les dix (10) communes d’arrondissements de la ville de N’Djamena. Un nombre important de personnes a été dépisté. L’engouement sans égal pour le dépistage volontaire,  nous incite à l’optimisme et nous conforte dans notre position de ne voir aucun enfant naître avec le VIH.
    Je compte sur nos partenaires traditionnels pour faire de l’Année 2019, une année charnière dans notre marche pour un monde sans VIH à l’horizon 2030.
    Pour finir, J'invite toute la communauté internationale à apporter un soutien résolu à l’OPDAD, notre structure faîtière.
    Je vous remercie de votre bien aimable attention.



» Plus d'actualités