MOT DU MARECHAL DU TCHAD, A LA SIGNATURE DE L’ACCORD DE PAIX INTER-SOUDANAIS

– Cher frère Salva Kiir, Président de la République Sud-Soudanaise ;

– Cher frère Abdelfattah Al Burhane, Président du Conseil Souverain de Transition du Soudan ;

–    Messieurs les Premiers Ministres du Soudan et du Soudan du Sud ;

–    Messieurs les Responsables des différentes factions ;

–    Distingués invités, tout protocole observé ;

–    Mesdames, Messieurs.

Je voudrais, avant tout propos, exprimer mes remerciements et ma gratitude à mon frère le Président Salva Kirr, au Gouvernement et au peuple sud-soudanais pour l’hospitalité et la qualité de l’accueil dont ma délégation et moi-même, avions bénéficié, depuis notre arrivée à Juba.

Permettez-moi aussi d’exprimer très sincèrement ma satisfaction pour la tenue de cette cérémonie qui est l’aboutissement logique d’un processus de paix librement consenti par les frères du Soudan.

En ce jour historique, je rends grâce à Allah, le Très-Haut pour ces retrouvailles fraternelles et pleines de communion.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs.

Les sillons de paix qui sont aujourd’hui tracés portent l’espoir de tout un peuple. Comme nous le savons tous, c’est un long chemin qui  abouti ce jour à la signature définitif de l’accord de paix.   

Beaucoup de nos frères et sœurs soudanais notamment ceux du Darfour ont amèrement souffert de la guerre et de ses affres. En plus de perte en vies humaines et des biens, des paisibles citoyens et surtout les femmes et enfants, contraints au déplacement, ont dû endurer, des années entières,  de terribles épreuves.

Cette tragédie humaine ne devrait pas perdurer indéfiniment. C’est fort de cette conviction humaniste que les pays voisins et amis ainsi que la communauté internationale se sont investis  dans la quête de la paix en offrant leurs bons offices aux différentes parties.

Cet investissement a permis de signer plusieurs accords allant dans le sens de la paix, de la réconciliation et de la concorde. Je voudrais principalement citer, pour mémoire, l’accord de N’Djamena sous mes auspices, et l’accord de Doha sous l’égide  de Son Altesse l’Emir Père, Cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani.

Aujourd’hui, nous récoltons les fruits de ces efforts multiples et conjugués. C’est ici le lieu de saluer l’investissement notable de toutes les bonnes volontés  qui ont fait preuve de beaucoup d’ardeur et d’engagement sur le terrain.  Je salue  l’engagement personnel, désintéressé et volontariste  de mon frère le Président Salva Kirr qui a veillé à la matérialisation de cet important l’accord.

Point n’est besoin de noter que tout le mérite des avancées enregistrées  est  à mettre à l’actif des frères soudanais eux-mêmes. Je félicite particulièrement le Conseil Souverain de la Transition et toutes les  différentes factions qui ont compris que rien ne vaut la paix et la stabilité.

Mesdames, Messieurs

Si l’on se félicite du bond qualitatif qui a été  réalisé sur le chemin de la normalisation de la vie dans les zones qui étaient en proie aux violences, il faut maintenant  gravir un nouveau palier.  Il faut non seulement consolider  les acquis  mais renforcer la dynamique en vue d’instaurer une paix définitive, durable et pérenne.  

C’est un immense pari à gagner mais je sais que ce pari est bel et bien à la portée de nos frères soudanais. Je suis convaincu que tous ceux qui n’ont pas encore adhéré à cette grande plateforme de dialogue et de cohésion  vont le faire dans les meilleurs délais. C’est ensemble que les soudanais vont construire leur pays et laisser un bel héritage à la postérité.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs

Je voudrais, du haut de cette tribune,  lancer un pressant appel  à l’endroit de toute la communauté internationale  pour qu’elle apporte sa contribution  en vue d’aider le Soudan dans la phase actuelle de sa vie et de son histoire.

Le Soudan nouveau, en voie de refondation, a besoin du soutien actif et de l’accompagnement résolu de tous ses partenaires  et pays amis.

Si la paix est la condition première du développement, le développement est aussi l’adjuvant et le levain de la paix. Comme tout parfait binôme,  les deux valeurs doivent être cultivées de manière intégrée, coordonnée et homogène.

A cet égard, la contribution de la communauté  internationale est plus que nécessaire pour booster le développement économique au travers des investissements productifs et générateurs d’emplois et de richesse.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs.

Permettez-moi de noter la singulière importance d’un mécanisme de suivi  qui doit avoir la mission  de faire, de manière régulière, le point de l’évolution de l’accord en vue d’effectuer les réglages nécessaires et de corriger les éventuels dysfonctionnements.

Evidemment, la sagesse, le dépassement de soi et la foi patriotique qui ont été la sève nourricière de cet accord doivent continuer à habiter toutes les parties.

Il est indéniable que cet ambitieux accord qui met en valeur des préoccupations tout aussi capitales comme  la justice transitionnelle, les réparations et compensations, le développement du secteur nomade et pastoral et le partage des richesses  s’inscrivent dans  la dynamique du temps. C’est de manière progressive que seront exécutées les différentes clauses et  la patience doit être, à cet égard, la règle d’or.

Le Tchad qui a une communauté de destin avec le Soudan sera debout, comme à l’accoutumée, pour soutenir le peuple frère.  

J’invite, de même,  la Force Mixte Tchad-Soudan qui est déjà très active sur le terrain à poursuivre sans relâche sa mission en vue  assurer la sécurité des personnes et de leurs biens ainsi que la prévention de tout acte visant à remettre en cause la paix et la quiétude chèrement acquises.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs.

Je souhaite de tout mon cœur que la symbolique de cette cérémonie qui scelle la réconciliation et  la cohésion  inspire d’autres pays du continent qui sont en butte à des conflits et aux violences. Vous vous en doutez mais mon appel va principalement à l’endroit de nos frères libyens.

Ce grand et beau pays  du continent doit retrouver au plus vite son unité et sa stabilité. La souffrance indicible des populations civiles a plus que duré. Il est temps que toutes les factions en conflit se retrouvent autour d’une table, comme l’ont démontré aujourd’hui les frères du Soudan, en vue de discuter sereinement, sincèrement et fraternellement de l’avenir de leur pays.

C’est une responsabilité historique qui doit être courageusement assumée car personne ne construira la paix en Lybie sans la volonté sincère des frères libyens eux-mêmes. La contribution de la communauté internationale qui a d’ailleurs un agenda pas suffisamment maitrisé ne viendra qu’en appui des efforts qui seront faits à l’échelle nationale.

Je vous remercie de votre aimable attention.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية