Le Maréchal du Tchad a rencontré à Massakory, les forces vives de la Province de Hadjer Lamis.

Face aux autorités administratives, civiles et militaires, chefs traditionnels et leaders religieux, les jeunes et les femmes, les cadres, bref, toutes les forces vives de la Provinces de Hadjer Lamis, le Marechal du Tchad a tenu un discours de vérité. Le Chef de l’Etat comme à son habitude, tient le langage de la vérité. Sans langue de bois, sans économiser les mots, il indexe les maux qui minent la province de Hadjer Lamis. Il a axé son intervention sur la paix, la cohabitation pacifique, la sécurité, la lutte contre le terrorisme, le développement du pays et bien d’autres questions qui le préoccupe.

Pendant près de deux heures, il a touché du doigt les maux qui minent cette province et auxquels, une thérapie de choc doit être appliquée.

Il a particulièrement insisté sur l’impératif de l’instauration de l’autorité de l’Etat mettant chacun devant ses responsabilités. Face au Covid-19 et au péril terroriste, il invite à la vigilance. « Il faut faire très attention », attire-t-il l’attention.

Les propos du président de la République ont eu le mérite de préciser à nouveau le sens et la portée de son action à la tête du pays et ont permis à l’assistance de comprendre ce qui motive son action quotidienne.

Il invite la population à lutter contre la corruption, la mauvaise gestion et la fraude. Des gangrènes, selon lui, qui tuent l’économie et retardent le développement du pays, invitant ses compatriotes à arrêter le détournement des deniers publics. « Il faut que les tchadiens deviennent propres », insiste-t-il.

Le Président de la République évoque la protection de l’environnement et la nécessité de promouvoir l’économie verte.  « Couper un arbre et tuer un animal sauvage est un crime », interpelle le Marechal du Tchad, invitant ses compatriotes de Hadjer Lamis et les tchadiens en général à protéger ces richesses.

Le Chef de l’Etat a fait des annonces fortes. S’il a une nouvelle fois décrié le conflit agriculteur-éleveur, qui reste un défi à relever, il a surtout demandé le démantèlement des barrières anarchiques. « A partir de Massakory, j’interdis la présence des barrières à l’intérieur du territoire national. Les tchadiens doivent circuler librement sans être inquiétés. Ces barrières profitent-elles à qui ? », s’est-il interrogé, instruisant séance tenante la gouverneure de Hadjer Lamis de démanteler celle de Djermaya.

Le mariage précoce, l’envoi des filles à l’école, la violence basée sur le genre, l’absentéisme dans l’administration, sont également évoqués par le Marechal du Tchad, qui a conclu sa rencontre avec les forces vives de Hadjer Lamis avec la promesse de la construction du gouvernorat et de la résidence du gouverneur dont les travaux débuteront d’ici fin décembre, la construction du lycée de Massakory non sans évoquer le problème récurrent de l’eau dans cette ville.

Le lancement des travaux de la route Massakory-Moussoro sera également effectif en 2021 et une centrale solaire verra aussi le jour dans cette ville carrefour.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية