JOURNÉE NATIONALE DE LA PAIX

La Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale a lieu, ce 28 novembre au palais du 15 janvier, en présence du Maréchal du Tchad IDRISS DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l’Etat et de la Première Dame HINDA DEBY ITNO. 

Cette 11ème édition est placée sous le thème : « Croyants, soyons confiants en Dieu et œuvrons  pour une société solidaire ».  

Instituée le 28 novembre 2010, la Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale est à sa 11ème édition. Au palais du 15 janvier, ce 28 novembre 2020, les fidèles des trois confessions religieuses avec à leurs têtes, le Secrétaire général de l’Entente des Eglises et Missions Evangéliques au Tchad (EEMET), Révérend-pasteur Batein Kaligué, l’Archevêque métropolitain de N’Djaména, Monseigneur Edmond Djitangar Goetbé et le président du Conseil supérieur des affaires islamique, Cheick Mahamat Khatir Issa se sont levés comme un seul Homme dans une communion de prière pour demander à Dieu de prendre notre pays en garde. Cette journée de prière a été marquée par une présence massive des musulmans, protestants et catholiques ainsi qu’un aréopage de personnalités.

Le Coordinateur de la plateforme interconfessionnelle, Pasteur Abel Romain Guelbet, a, dans son mot de bienvenue, lancé un appel à la solidarité entre tous les citoyens pour la construction d’une société solidaire avant d’exprimer sa reconnaissance au Maréchal du Tchad pour ses soutiens multiformes à la plateforme interconfessionnelle. Chemin faisant, Pasteur Abel a fustigé le sempiternel conflit agriculteurs-éleveurs,  les menaces sur les moyens de communication et les bras de fer avec les partis de l’opposition. L’homme de Dieu de conclure en ces termes. « Confions-nous à Dieu, demeurons solidaires dans la lutte contre la COVID-19 et contre tous les autres maux pour faire du Tchad un pays de cohabitation pacifique ».

Dans son message, le président du Conseil supérieur des affaires islamique, Cheick Mahamat Khatir Issa a réfuté le terrorisme dans tous ses formes. « Les actes barbares des terroristes sont contraires aux religions révélées », a-t-il précisé. Il devait par la suite saluer la main tendue du Maréchal du Tchad en faveur de la paix. « Cultivateurs et agriculteurs sont tous, fils de ce pays et condamnés à vivre ensemble », a-t-il prêché.

Intervenant pour la circonstance, l’Archevêque métropolitain de N’Djaména, Monseigneur Edmond Djitangar Goetbé a déclaré que la célébration de la Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale est le piédestal des fondamentaux du vivre ensemble que les leaders de trois confessions religieuses montrent comme exemple à leurs coreligionnaires. S’adressant directement « à son corps défendant » à tous les acteurs politiques, l’Archevêque métropolitain de N’Djaména a précisé que « l’exemple vient d’en haut et la confiance d’en bas. Eduquer vos militants non pas à l’exercice de la violence sous toutes ses formes, mais à être avant tout, de bon citoyen. La concorde nationale ne se réalisera pas par l’imposition d’une vision unique de l’avenir du pays et de sa gestion, mais par la complémentarité des efforts des uns et des autres pour la sauvegarde du bien commun. Nous souhaiterions que vous, leaders de la société civile et acteurs de la vie politique soyez plus engagés. S’il vous plaît, emboîter nous, les pas en prononçant des paroles et en posant des gestes qui favorisent la paix et la cohabitation pacifique entre vous d’abord,  et entrainez y, tous vos militants ».

Le Secrétaire général de l’Entente des Eglises et Missions Evangéliques au Tchad (EEMET), Révérend-pasteur Batein Kaligué invite les tchadiens à aimer le bien et réfuter le mal conforment à la devise de notre pays : Unité Travail Progrès.

A la 11ème édition de la  Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale, les fidèles de trois confessions religieuses se sont levés ce jour, comme un seul Homme dans une communion de prière pour demander à Dieu de prendre notre pays en garde. Elle verra la participation des musulmans, protestants et catholiques du Tchad.

Très touché par le message délivré par les leaders de trois confessions religieuses rejetant la violence sous toutes ses formes, le Maréchal du Tchad IDRISS DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l’Etat a instruit séance tenante, le Ministre de la Communication pour que ces messages soient traduits dans toutes les langues et diffusés à la radio et la télévision nationales. « Je forme le vœu que ces messages, au-delà de cette célébration, soient portés dans toutes nos communautés de base. Je vous invite à un travail de vulgarisation pour que la foi en Dieu et la solidarité nationale germent  et s’épanouissent dans tous  nos cœurs », a-t-il déclaré.

Dans le même sillage, le Maréchal du Tchad a condamné les évènements tragiques survenus, il y a quelques jours dans le département de la Kabbia (Mayo-Kebbi Est). «   Toute la lumière sera faite et les responsabilités situées. Tous ceux qui sont impliqués dans ces  affrontements meurtriers répondront de leurs actes  devant la justice car force doit rester à la loi. Je répète encore aujourd’hui qu’il n’y a pas un Tchad de secours, un Tchad de substitution. Le Tchad est unique.  A chacun  de nous de  préserver ce précieux legs des ancêtres comme la prunelle de ses yeux », a-t-il martelé.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية