Discours de lancement de la campagne agricole 2011

Discours de lancement de la campagne agricole 2011-2012 par Son Excellence, Monsieur le Président de la République IDRISS DEBY ITNO. Monsieur le Gouverneur du Mayo-Kebbi Est Monsieur le Maire de la ville de Gounou- Gaya Mes Frères et SŒurs de Gounou- Gaya Je suis heureux d’être à Gounou-Gaya, d’être avec vous, de partager avec vous vos joies et vos peines. Je suis venu pour partager surtout avec vous l’espoir de réaliser cette année une bonne campagne agricole. L’occasion fait le larron dit-on. Alors, je saisis celle-ci pour vous exprimer ma reconnaissance pour avoir renouvelé votre confiance en votre serviteur, en me confiant votre destin pour les cinq prochaines années. Je vous dis bravo car cette victoire est la vôtre, la victoire de mes frères et sŒurs de la Kabia et, partant ceux de la région du Mayo Kebbi Est qui ont massivement voté pour moi. Mes chers compatriotes Je suis venu à Gounou-Gaya, terre par excellence d’agriculture, pour lancer officiellement la campagne agricole 2011-2012. Des nouvelles qui me parviennent du Tchad profond, de ce Tchad réel, font état d’un bon début de saison des pluies. Partout dans les terroirs, les paysans ont profité des premières pluies pour commencer les travaux champêtres. Je les félicite pour leur courage et leur abnégation. C’est grâce à eux, à la sueur de leur front que les populations tchadiennes assurent leur alimentation. Mes chers compatriotes Comme je l’ai dit et répété pendant la campagne électorale, le monde rural sera le socle de ma politique de développement durable. C’est sur le monde rural que je vais m’appuyer pour assurer la souveraineté alimentaire de notre pays. Pour ce faire, il bénéficiera de ma part, d’une attention particulière et soutenue pendant les deux premières années de mon quinquennat. Je parle de l’agriculture dans son concept large, c'est-à-dire l’élevage, l’environnement et l’agriculture qui sont des secteurs complémentaires. D’ailleurs, le paysan tchadien est devenu agropastoral depuis quelques années. Je me félicite de cette nouvelle orientation du paysan tchadien. Cette nouvelle pratique mérite encouragement et appui de la part du Gouvernement et des partenaires en développement. Sans pour autant nier l’apport du pétrole à notre économie, l’agriculture et l’élevage demeurent nos richesses sures et pérennes. C’est pourquoi, je m’emploierai à les développer et à les moderniser pour apporter à notre pays une valeur ajoutée. Ainsi, notre élevage contemplatif deviendra intensif et notre agriculture mécanisée. Nous visons, à terme, non seulement l’indépendance alimentaire mais le Tchad doit aussi être un exportateur net des produits agricoles. Nous porterons également nos efforts sur la mise en place d’une industrie visant la transformation des produits de notre agriculture et de notre élevage, à l’instar des de l’usine de jus de fruits de Doba et de la société de filature de Sarh. Mes chers compatriotes Pour la présente campagne agricole, nous comptons mettre à la disposition du monde rural, c'est-à-dire des producteurs, mille tracteurs et cinq mille charrues pour accroitre de manière significative la production agricole et contribuer ainsi à la croissance économique. Dans le même temps, nous poursuivrons les aménagements hydro-agricoles et l’ensemencement des nuages pour nous mettre à l’abri des caprices de la nature. Nous rêvons de transformer de fond en comble le monde rural pour le rendre attractif et générateur des emplois. A cet effet, j’invite la jeunesse à aimer le travail de la terre, il n’est pas ingrat et dégradant comme elle le pense. C’est dans ce contexte que d’importants efforts financiers ont été consentis et le seront encore pour réhabiliter et dynamiser la Cotontchad et la société Huilerie-Savonnerie. Nous ferons tout pour que la filière coton qui fait vivre plus de deux millions de personnes retrouve sa place dans l’économie nationale. J’exhorte donc mes frères et sŒurs cotonculteurs à ne pas délaisser la culture du coton. Pour ceux et celles qui hésitent, je les rassure que je serai à leurs côtés pour qu’ils reçoivent le fruit de leur labeur, c’est-à dire une juste rétribution de leur produit. De même, des mesures vigoureuses seront prises pour renforcer la recherche agricole et vétérinaire pour accroître la productivité et la production. La formation des cadres moyens et supérieurs sera renforcée et améliorée pour un meilleur encadrement du monde rural. Mes chers compatriotes Le Tchad est riche, immensément riche de ses dizaines de millions d’hectares de terres arables, de son cheptel et de ses ressources en eau. Il a tout pour devenir le grenier de l’Afrique. Il ne tient qu’à nous de les exploiter pour notre souveraineté alimentaire. Les polders du Lac Tchad ; les plaines du Salamat, de la Tandjilé, du Logone, du Batha, du Moyen Chari, du Mayo Kebbi et du Mandoul sont autant des espaces qui peuvent, à eux seuls, suffire à assurer l’alimentation de notre pays. Sachons désormais nous tourner résolument vers le monde rural. C’est ce à quoi, je convie toutes les Tchadiennes et tous les Tchadiens pour les cinq ans à venir. Le Tchad doit réaliser sa véritable révolution agricole. C’est sur cette note d’espoir que je lance officiellement en ce jour du 1er juin la campagne agricole 2011-2012. Je vous remercie.

Par: Le 01/06/2011 00:00