MOT DU CHEF DE L’ETAT À L’INSTALLATION DU NOUVEAU CNDP

MOT DU CHEF DE L’ETAT À L’INSTALLATION DU NOUVEAU CNDP

Messieurs les Présidents du Cadre National de Dialogue Politique et de la Commission Électorale Nationale Indépendante ;

Mesdames et Messieurs les membres du CNDP et de la CENI ;

Messieurs les Directeurs Généraux du Bureau Permanent des Élections ;

Mesdames et Messieurs les représentants des organes de presse ;

Après des longues tergiversations, la composition du Cadre National de Dialogue Politique (CNDP) a pu être renouvelée et entérinée par Décret , le 16 août dernier.

Le nouveau CNDP vient de se doter dans une totale liberté de son bureau dont la présidence est confiée à l’Opposition, conformément au principe de direction alternante Majorité/Opposition.

Je voudrais à ce stade adresser mes sincères remerciements et mes vives félicitations aux membres sortants du CNDP pour l’énergie et l’esprit de responsabilité avec lesquels ils ont accompli leur mission durant plus de 12 mois.

Grâce au dévouement de l’équipe sortante, le processus électoral a connu une accélération indéniable avec la mise en place quasi-complète du cadre juridique des élections et l’installation des démembrements de la CENI.

Ces avancées sont d’autant plus remarquables qu’elles se sont accomplies dans un climat de sérénité et d’apaisement appréciable, en dépit des minimes sonorités discordantes, mais inhérentes à la nature de l’exercice lui-même.

Mesdames et Messieurs les nouveaux membres du CNDP ;

Vous avez été choisis par vos obédiences politiques respectives pour intégrer cet organe emblématique de notre jeune démocratie.

Je vous félicite pour le choix porté sur vous et vous souhaite plein succès dans l’exercice de cette mission qui exige un dépassement permanent des clivages et un patriotisme à toute épreuve.

Compte tenu des attentes de nos compatriotes et de mon engagement au près d’eux, votre responsabilité et celle des membres de la CENI est totale quant à l’organisation d’élections libres, transparentes et surtout dans un délai raisonnable.

Je voudrais par conséquent exhorter l’équipe entrante à s’inscrire dans le même rythme et dans le même état d’esprit que l’équipe sortante, afin de rattraper le temps perdu ces dernières semaines.

En ma qualité de Chef de l’État et de Garant du processus en cours, mon soutien et celui du Gouvernement seront permanents et entiers, afin de vous accompagner efficacement dans la réussite de cette entreprise collective.

D’emblée, il vous appartient, de concert avec la CENI et le BPE, d’élaborer et d’adopter un chronogramme réaliste déclinant toutes les séquences du processus électoral jusqu’à la tenue effective des différentes échéances.

Par ailleurs, le souci du consensus qui m’anime m’oblige à ne pas demeurer sourd aux réclamations de l’Opposition concernant le mode du scrutin des législatives et la caution exigée pour les candidatures aux Présidentielles. C’est pourquoi, je souscris à la proposition de rétablissement des dispositions en la matière contenues dans la Loi 036 de 2015, c’est à dire le précédent Code électoral.

J’adhère également à l’idée de revoir la disposition relative au délai fixé pour la convocation du corps électoral qui est actuellement de 4 mois. En clair, afin de donner une marge de manœuvre opérationnelle plus souple à la CENI, il ne serait pas déraisonnable d’adapter l’article 34 du Code Électoral qui oblige à convoquer le corps électoral 4 mois avant le scrutin. Il vous appartient de proposer le délai le mieux indiqué.

Enfin, il vous revient également de finaliser le projet de loi organique fixant la composition de l’Assemblée Nationale. À ce sujet, je voudrais vous rappeler la résolution du Forum National Inclusif fixant à 155 le nombre des députés de la future Assemblée. Cet effectif de 155 députés inclut les représentants des nomades et des Tchadiens de l’étranger.

Par ailleurs, il ne vous a pas échappé que le risque d’embrasement dans certaines provinces du pays a conduit le Gouvernement à prendre des mesures exceptionnelles, afin de ramener le calme et la quiétude.

L’état d’urgence décrété par le Gouvernement vient d’être avalisée par l’Assemblée Nationale pour une période de 4 mois. La multiplication des conflits intercommunautaires, aggravée par la détention massive d’armes de guerre par des civils, menaçait directement la paix et la sécurité nationales.

C’est pourquoi, Nous avons fait l’unique choix possible dans ces circonstances en recourant à ce dispositif constitutionnel pour restaurer la sécurité sans laquelle aucune autre activité n’est envisageable.

Toutefois, cette mesure d’exception, limitée dans le temps et dans l’espace, ne doit pas affecter le calendrier électoral que vous définirez avec la CENI. Le Gouvernement œuvre pour créer les conditions optimales de sécurité sur toute l’étendue du territoire nationale, afin d’écarter tous les risques de perturbations sociale, économique ou électorale.

Je vous exhorte par conséquent à avoir bonne conscience de cette situation et à accomplir votre mission dans la sérénité.

Pour terminer, je vous encourage une nouvelle fois à agir dans l’intérêt supérieur de la Nation, et à éviter les polémiques superflues qui n’honorent pas la classe politique et qui impactent négativement le déroulement du processus électoral.

Je vous renouvelle mes vœux de succès et vous remercie de votre attention.

Par: DGCOM Le 13/09/2019 12:15