MOT DU CHEF DE L’ETAT A L’HONNEUR DES MEDECINS TCHADIENS FORMÉS À CUBA

MOT DU CHEF DE L’ETAT A L’HONNEUR DES MEDECINS TCHADIENS FORMÉS À CUBA


-    Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;

-    Messieurs les Présidents des Grandes Institutions de la République ;

-    Messieurs les anciens Premiers Ministres;

-    Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

-    Mesdames et Messieurs les Chefs des Missions Diplomatiques et Représentants des Organisations Internationales et Non Gouvernementales ;

-    Distingués, tout protocole considéré ;

-    Mesdames et Messieurs;

-    Mes chers médecins.

Vous pouvez imaginer mon infinie fierté de me trouver devant vous pour présider cette cérémonie d’accueil solennel de nos jeunes médecins de retour de la République sœur de Cuba.

En effet, il y a bientôt un mois, à La Havane à Cuba, avait eu lieu une cérémonie de remise de diplôme à la première vague de 133 médecins tchadiens, arrivés en fin de formation.

Après La Havane donc, c’est au tour de N’Djaména de célébrer dans la joie familiale et la communion nationale, cette réussite massive, objet de la cérémonie qui nous réunit ce matin, et dont j’ai l’immense plaisir de présider personnellement.

C’est un grand sentiment de satisfaction qui m’anime et qui animent certainement tous nos compatriotes de voir tous ces diplômés rentrer dans leur pays en vue de le servir dignement, en reconnaissance des efforts consentis par le gouvernement pour assurer leur formation avec l’argent du contribuable tchadien.

Mon premier devoir, chers  jeunes médecins, est  de vous féliciter au nom du peuple tchadien pour votre brillante réussite et de vous encourager à l’ardeur au travail, le travail bien fait.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs.

Convaincu que le développement d’un pays est largement tributaire de la mobilisation et de la valorisation de son capital humain qui était au centre de mon projet politique adoubé par les Tchadiens en 2016, le Gouvernement n’a jamais cessé de déployer de gros efforts pour réaliser nos ambitions dans ce sens.

Au stade actuel de développement du Tchad, nous avons besoin des cadres bien formés, dotés de compétences pointues dans tous les domaines en vue d’accroître son essor économique.

C’est ainsi qu’au regard des grands défis relatifs au capital humain, le PND 2017-2021, à travers son quatrième axe stratégique, se propose de déterminer et de réunir les conditions et les possibilités de valorisation du capital humain à travers l’amélioration de la qualité du système d’éducation et de formation des jeunes cadres.

Vous conviendrez avec moi, Mesdames et Messieurs, que la formation en cours de 300 médecins à Cuba, s’inscrit dans cette dynamique de développement des ressources humaines, en particulier dans le domaine de la santé, secteur vital qui a besoin de personnel qualifié et en grand nombre.

Pour atteindre cet objectif, il y a encore de grands défis à relever en matière de  qualification du personnel médical. En prenant en 2012, la décision de relancer la coopération bilatérale entre le Tchad et Cuba dans le domaine médical, j’avais tout simplement voulu jeter les bases d’une politique de santé publique orientée vers la formation massive des médecins afin de combler progressivement cette carence et atteindre le niveau de couverture médicale acceptable.

Le résultat de cet accord-cadre de coopération bilatérale avec Cuba se traduit par la formation des médecins tchadiens dans les facultés cubaines et l’envoi des médecins cubains au Tchad pour soutenir nos efforts dans ce domaine. 

C’est ici le lieu d’exprimer au Gouvernement cubain, toute ma gratitude pour l’excellente qualité des relations qui existent entre nos deux pays et nos deux peuples, et pour l’appui précieux dont bénéficie mon pays dans le domaine particulier de la santé.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs.

Mon combat quotidien est de faire en sorte que le Tchad puisse disposer des médecins en grand nombre et disponibles immédiatement pour soulager la souffrance des couches sociales les plus démunies.

Raison pour laquelle, j’ai instruit mon gouvernement de procéder immédiatement au recrutement de tous les médecins formés, y compris ceux qui sont en instance d’intégration à la Fonction Publique. L’objectif est de rendre disponibles des médecins qualifiés en vue d’accroître l’offre et la qualité des services dans toutes les structures sanitaires au Tchad.

Mieux, nous nous apprêtons également à lancer le processus de recrutement d’au moins 500 nouveaux médecins pour renforcer notre système de gestion de la santé publique.

Cette politique volontariste de recrutement massif répond à un autre impératif : celui de l’accès à l’emploi des jeunes diplômés.

Depuis quatre exercices budgétaires, la conjoncture économique nous a imposé de restreindre drastiquement l’accès à la fonction publique, malgré les milliers des demandes d’intégration en instance.

Bien que les effets de la crise économique se font encore durement sentir, la gestion parcimonieuse des ressources dont nous avons fait preuve, offre aujourd’hui quelques marges de manœuvre.

C’est pourquoi, je voudrais profiter de cette occasion pour annoncer à nos jeunes que le Gouvernement a été instruit à l’effet de procéder à l’intégration de tous les lauréats de nos Ecoles nationales de formation professionnelle  dès cette année 2019.

En outre, dans un effort exceptionnel, je vous annonce le recrutement à la fonction publique de 20 000 jeunes diplômés dans tous les domaines d’activités, et ce, dès l’année 2020.

Une Commission spéciale sera mise en place à cet effet pour identifier les besoins sectoriels et mener cette opération dans la plus grande transparence.

M’adressant de nouveau à vous, Chers jeunes médecins,

J’ai été informé que vous figurez parmi les meilleurs étudiants de médecine à Cuba, très studieux et très disciplinés. Mon souhait le plus ardent est que ce comportement exemplaire se poursuive chez vous, dans votre pays et sur votre terrain de travail, car vous êtes formés pour être au service du peuple tchadien, à tout moment et en tout lieu.

Ne cédez pas à l’appât du gain facile, qui consiste à abandonner des hôpitaux et dispensaires publics pour s’engouffrer dans des cliniques privées.

Pour ma part, je pense qu’il est inadmissible et inconcevable que des médecins chèrement formés puissent laisser de côté les services publics pour lesquels ils sont formés au profit des cliniques privées où les prestations y sont paradoxalement de bonne qualité.

J’attire d’ores et déjà votre attention car ces pratiques  foulent au pied la déontologie médicale.
 
Je sais également qu’il y a des médecins qui ne veulent pas intégrer leurs lieux d’affection dans les provinces, préférant travailler dans les structures sanitaires à N’Djaména afin de jouir de leurs prestations dans les cliniques.

Dès aujourd’hui, j’attire votre attention qu’un médecin est d’abord et avant tout un homme de terrain, appelé à servir n’importe où et n’importe quand. C’est la règle cardinale de la profession ou plutôt du sacerdoce que vous avez librement choisi.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs.

Pour clore mon propos,  je félicite une fois de plus nos jeunes médecins et je leur souhaite bon retour chez eux et plein succès dans leur carrière qui commence maintenant.

Je vous remercie !




Par: DGCOM Le 16/08/2019 15:58



-->

Flash Infos

  • Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO accompagné de la Première Dame HINDA DEBY ITNO est à New York (USA). Le Chef de l’Etat prendra part aux différentes assises de la 74ème Assemblée Générale des Nations Unies.
  • la Première Dame HINDA DEBY ITNO, en sa qualité d’Ambassadeur spécial de l’ONUSIDA et Présidente de la Fondation Grand Cœur participera en marge de la 74ème Assemblée Générale des nations unies à plusieurs rencontres axées notamment sur la santé maternelle, l’éducation et la scolarisation des filles.