CEN-SAD : Le siège transféré de Tripoli à N’Djamena

CEN-SAD :  Le siège transféré de Tripoli à N’Djamena

Les travaux de la Conférence des Chefs d’Etat de la Communauté des Etats Sahélo-sahariens (CEN-SAD), démarrés dans la matinée, se sont achevés dans l’après midi de ce dimanche. Communiqué final et une déclaration ont été rendus publics lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée sous la houlette du Chef de l’Etat, Président en exercice de la CEN-SAD, IDRISS DEBY ITNO.

Des décisions fortes sont sorties de cette session extraordinaire. Celles-ci sont contenues dans le communiqué final lu par le Chef de la diplomatie tchadienne, M. Chérif Mahamat Zene. Le document renseigne que le siège de l’organisation est transféré provisoirement de Tripoli à N’Djamena. Les Chefs d’Etat ont également décidé de nommer au poste du Secrétaire exécutif et de son adjoint pour un mandat de 4 ans, deux cadres respectivement du Niger et du Royaume du Maroc. La nouvelle équipe sera installée dans les meilleurs délais afin de parachever le processus de reforme poursuit le communiqué final qui  précise par ailleurs que la Conférence a pris acte des conclusions du Comité exécutif qui a passé en revue le fonctionnement et les perspectives ainsi que les voies et moyens de la consolidation de la dynamique CEN-SAD.

Outre ces mesures, la conférence des Chefs d’Etat a adopté une déclaration spécifique sur la paix, la sécurité et la stabilité dans la région.Lue par la Chef de la diplomatie malienne, Mme Kamissa Camara, cette déclaration fait part de la préoccupation des dirigeants. Que ce soit en Lybie, au Soudan, au Mali, dans le Bassin du Lac Tchad ou en République Centrafricaine, la Conférence appelle au retour rapide à la paix, au respect de la légalité  et à un dialogue sincère entre tous les belligérants. Les conclusions de cette session extraordinaire réjouissent le Président en exercice de l’organisation, le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO qui souligne que les résultats traduisent l’engagement et la détermination des dirigeants à sauvegarder la CEN-SAD dont le traité révisé et ses textes subséquents sont entrés en vigueur. Il lance un appel aux Etats qui ne l’ont pas encore fait à ratifier le traité pour faciliter sa mise en œuvre. Une application qui, d’après le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO, doit s’accompagner par la traduction dans le fait de  décisions consensuelles. Pour que l’organisation arrive à jouer son rôle au service de la sécurité et du développement, le Président de la République exhorte les Etats membres à apurer  leurs arriérés de cotisation pour lequel un mécanisme a été mis en place à cet effet.   


Par: DGCOM Le 13/04/2019 14:11