CEN-SAD :DISCOURS D’ OUVERTURE DU PRESIDENT EN EXERCICE .

CEN-SAD :DISCOURS D’ OUVERTURE DU PRESIDENT EN EXERCICE .

-    Messieurs les Chefs d’Etat et Chers Frères ;
-    Mesdames et Messieurs les Chefs de Délégation ;
-    Monsieur le Président de la Commission de l’Union Africaine ;
-    Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ;
-    Messieurs les Présidents des Grandes institutions de la République ;
-    Messieurs les anciens Premiers Ministres ;
-    Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;
-    Monsieur le Secrétaire Général de la Communauté des États Sahélo-Sahariens ;
-    Messieurs les Secrétaires Généraux des Communautés économiques régionales et Représentants Spéciaux du Secrétaire Général de l’ONU ;
-    Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs, Représentants Permanents auprès de la CEN-SAD ;
-    Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Organisations internationales, membres du corps diplomatique ;
-    Distingués invités ;
-    Mesdames,  Messieurs.

Qu’il me soit permis tout d’abord de vous remercier tous pour avoir fait le déplacement de N’Djamena. Je vous souhaite la bienvenue et un agréable séjour au Tchad.

Excellences,
Mesdames et Messieurs,

Nous avions décidé, en 2013, dans cette même ville de N’Djamena, d’imprimer une nouvelle dynamique à la CEN-SAD, à travers des réformes profondes, dans la droite ligne des décisions fortes de notre 12ème Sommet ordinaire tenu en juillet 2010. 

Dans l’optique de cette option audacieuse, nous avions adopté un nouveau Traité révisé de la CEN-SAD, ainsi qu’un certain nombre d’instruments juridiques relatifs aux organes de la Communauté, à son Règlement financier, et au Statut de son personnel.

Le Traité révisé prévoit également la création de deux Conseils Permanents dédiés au développement durable et aux questions de paix et sécurité.

Depuis lors, le rythme et la durée de la réforme entreprise n’ont pas été à la hauteur de multiples menaces et défis auxquels notre espace se trouve confronté.

Quelles que soient les contraintes, il me paraît difficile d’expliquer que nous mettons six ans d’un Sommet extraordinaire à un autre pour faire aboutir des réformes que nous avions voulues et initiées nous-mêmes.

Les présentes assises, à la faveur de l’entrée en vigueur du traité révisé, doivent nous permettre de décortiquer les causes de cette longue période d’hibernation afin d’y apporter des solutions idoines définitives.

Comme nous le savons tous, la performance et l’efficacité de l’organe chargé de la mise en œuvre de nos décisions, dépendent de la qualité du personnel mobilisé à cet effet, et des conditions optimales de travail.

Il est évident que l’ancien Secrétaire Général et son équipe ont travaillé dans des conditions extrêmement difficiles, loin du siège de l’organisation, à cause de l’insécurité liée à la crise que traverse la Libye, un pays frère et membre fondateur de la CEN-SAD.

Tout en comprenant et appréciant notre longue patience par rapport à cette situation qui a hypothéqué gravement les activités de la CEN-SAD, nous estimons humblement qu’il est temps d’aborder avec sérénité la question de la délocalisation temporaire du siège de notre organisation dans un autre Etat membre, en attendant le retour de la paix et de la stabilité en Libye que nous appelons de tous nos vœux.

Des institutions régionales et sous régionales, comme la Banque Africaine de Développement (BAD) et la Communauté économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC), ont été temporairement délocalisées, respectivement d’Abidjan à Tunis et de Bangui à Malabo.

Excellences,
Mesdames et Messieurs.

La mise en œuvre de grands chantiers de la refondation de la CEN-SAD, exige un rythme accéléré des reformes en cours et une mobilisation conséquente des ressources. Je suis persuadé que cet objectif est à notre portée et que nous sommes tous décidés à l’atteindre ensemble.

Dans cette perspective, il nous paraît urgent de procéder, au cours de ce Sommet, à la mise en place du Secrétariat Exécutif devant remplacer l’ancien Secrétariat Général, conformément aux dispositions du Traité révisé.

De même, voudrions-nous souligner l’impérieuse nécessité d’assigner une feuille de route précise à la nouvelle équipe pour élaborer et soumettre, dans un délai relativement court, un plan d’action à faire approuver par le Conseil Exécutif par délégation de la Conférence des Chefs et de Gouvernement.  

La question des arriérés de contributions des États membres, accumulés sur une longue période, mérite également une attention toute particulière. Les modalités pratiques de leur apurement suivant un échéancier précis, devraient figurer parmi les priorités du Secrétariat Exécutif.

Distingués invités ;
Mesdames et Messieurs

Il est évident que sans la sécurité, la paix et la stabilité, il n’y a point de développement, ni de prospérité. Malheureusement, force est de constater que bon nombre de pays de l’espace sahélo-saharien sont en butte à la menace terroriste de plus en plus grandissante et à des trafics illicites en tous genres, sans compter les conflits armés.

La situation qui prévaut actuellement dans certains pays de la CEDEAO et du Bassin du Lac-Tchad, ainsi qu’en Libye, constitue une source de grave préoccupation pour notre communauté et pour chacun de nos Etats.

En ma qualité de Président en exercice de la CEN-SAD, je nous invite tous à nous pencher sérieusement sur les voies et moyens durables à renforcer la dynamique de la paix et de la stabilité en liaison avec le développement durable à l’échelle de notre espace commun.

Nous avons besoin d’une véritable mutualisation de nos moyens et de nos énergies, dans un élan de solidarité et de complémentarité pour mieux affronter les graves défis communs de l’heure.

Pour ce faire, je répète que nous devons, au cours de ce Sommet extraordinaire, rendre pleinement opérationnelle la nouvelle CEN-SAD, conformément au Traité révisé et aux différents instruments juridiques pertinents y relatifs, adoptés en 2013, qui sont tous déjà entrés en vigueur.  

A cet égard, il est primordial de créer les conditions d’un nouveau départ sur la base d’un plan d’action actualisé et cohérent favorisant un espace plus intégré et plus soudé, vivant en paix et en sécurité.

J’ose espérer que les recommandations que nos Ministres nous soumettront dans le huis clos, nous permettront d’apporter des réponses urgentes et appropriées à toutes les préoccupations exposées plus haut.

Sur ce, tout en nous souhaitant de fructueuses délibérations, je déclare ouverts les travaux du Sommet extraordinaire de la CEN SAD.

Je vous remercie de votre bien aimable attention.

Par: DGCOM Le 13/04/2019 14:00



-->

Flash Infos

  • Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO est à Am-Djarass (Ennedi Est). C’est pour un séjour privé de quelques jours.