RENTREE DE L’ENA

RENTREE  DE L’ENA

Le Chef de l’Etat IDRISS DEBY ITNO lance officiellement ce matin, la rentrée des élèves de la 18ème promotion de l’Ecole nationale d’administration (ENA).

Créée en 1963, l’Ecole nationale d’administration (ENA) du Tchad reçoit ce 04 mars 2019, le  Président de la République IDRISS DEBY ITNO. Il est le deuxième Chef d’Etat tchadien à mettre les pieds à l’ENA après le Premier Président Ngarta Tombalbaye en 1974. Ce 04 mars 2019, le Chef de l’Etat est allé à l’ENA avec une double casquette. Celle de Président de la République du Tchad et d’enseignant du jour. Son agenda prévoit une leçon inaugurale sur la citoyenneté aux 132 élèves de la 18ème promotion.  

Avant qu’IDRISS DEBY ITNO, l’enseignant du jour ne dispense son cours magistral, que dis-je inaugural, l’honneur a échu au Directeur général de l’ENA, M. Sénoussi Hassana Abdoulaye de prononcer son mot de bienvenue.

Il est allé d’entrée de jeu exprimé sa gratitude au Président de la République qui, malgré son agenda très chargé a accepté de venir présider la rentrée officielle de l’Ecole et donner la leçon inaugurale. Il devait par la suite préciser que « les élèves de la 18ème promotion qui font leur rentrée aujourd’hui ont été recrutés selon un processus exigeant, rigoureux et transparent. Ces 132 élèves sont repartis  au Premier cycle dans les filières de traducteurs et assistants de Direction bilingues et au second cycle  dans les carrières diplomatiques et consulaires, études territoriales, administratives et sociales et enfin dans les carrières économiques et financières ». Il devait conclure en que « la leçon inaugurale sur la citoyenneté du Chef de l’Etat enclenchera une nouvelle dynamique de tradition républicaine qui va crédibiliser l’image de la prestigieuse Ecole qui a besoin de cette présence et attention hautement salutaires ».

En sa qualité de présidente du Conseil d’administration de l’ENA, la ministre Secrétaire générale du Gouvernement, Mme Mariam Mahamat Nour dira que « les résultats du concours de recrutement de cette 18ème promotion n’ont fait l’objet d’aucune contestation  et le major du concours du premier cycle  externe est une fille. Il s’agit de Mlle Hourra Abakar Assad». On ne peut avoir meilleure nouvelle pour les femmes en cette SENAFET 2019 que celle-ci, dira-t-elle. S’adressant aux élèves de l’ENA, Mme Mariam Mahamat Nour a déclaré que « Servir l’intérêt général exige compétence, déontologie et sens élevé des responsabilités. Valeurs fortes, chères au Président de la République que doivent incarner les hauts fonctionnaires à l’ère de la 4ème République ». Elle conclut en précisant que « grâce aux hautes instructions, sages conseils et orientations du Président de la République, l’ENA retrouve ses lettres de noblesse et renoue avec les valeurs du mérite, de la transparence et du sens élevé de la responsabilité ».

A l’aide d’un diapositif, l’enseignant du jour IDRISS DEBY ITNO entame sa leçon inaugurale aux énarques de la 4ème République. La leçon durera 15 mm chrono. « Permettez-moi avant de prononcer ma leçon inaugurale de vous féliciter pour votre admission aux concours d’entrée à la prestigieuse Ecole Nationale d’Administration (ENA) qui a cinquante-six (56) ans d’existence et a formé depuis sa création plus de deux mille cinq cent (2 500) cadres Tchadiens », a précisé IDRISS DEBY ITNO très à l’aise face à ces enseignants.  

Introduisant son cours sur la  Citoyenneté, il s’est interrogé en ces termes : « quel endroit serait- il mieux indiqué que ce temple de savoir, ce lieu où sont formés les futurs cadres  de la République ? ». Pour lui, « La citoyenneté est une notion fondamentale dans une République. Être citoyen, c’est être titulaire des droits, mais aussi être sujet à des obligations. C’est jouir de la chose publique mais aussi participer de façon active, déférente et responsable à la gestion de la chose publique. C’est à juste raison que la citoyenneté est intégrée au cœur du champ pédagogique. Et l’école étant le lieu de diffusion du savoir, d’acquisition de la culture et de l’autonomie de jugement, elle ne peut pas, par conséquent, faire fi de cette notion, ô combien importante, de la citoyenneté. D’autant plus que celle-ci permet  de former les élèves aux valeurs sublimes  qui sont, entre autres,  l’unité, le respect, le travail, l’égalité, la tolérance et la solidarité. Toutes ces valeurs doivent être promues, préservées,  et vulgarisées. Elles doivent impérativement guider nos  conduites individuelles et collectives ». Chemin faisant, le Chef de l’Etat développe son argumentaire en précisant que  « Si  la citoyenneté est la première valeur  républicaine, force est de constater que dans notre pays,  le comportement de certains de nos concitoyens tranche avec ce principe cardinal comme le non respect de l’autorité de l’Etat, le détournement des biens publics ou leur dégradation volontaire, le non-respect du code de la route, les violences sous leurs diverses formes dans les établissements scolaires, dans les quartiers et surtout dans les campagnes. Toutes ces inconduites ont un dénominateur commun : l’absence de citoyenneté. C’est compte tenu de cette situation, au demeurant alarmante, que nous avons inscrit la citoyenneté et la paix au cœur de notre combat politique. Car, il est indéniable que sans le respect de la citoyenneté et des valeurs suprêmes qui lui sont rattachées, on ne peut prétendre à une quelconque paix sociale dans notre société ».

Le Président de la République cite entre autres, les initiatives citoyennes qui ont jalonné la vie socio-économique et culturelle de notre pays durant l’année 2018. Il s’agit de la « semaine de la citoyenneté,  du forum national de la jeunesse, du festival Dary, la semaine de réflexion du secteur privé sur la relance de l’économie, la Journée nationale de prière pour la paix et la cohabitation pacifique ».

Avant de clore, l’enseignant du jour a invité les élèves de la 18ème promotion à « être des citoyens vertueux pour relever les défis qui s’imposeront à eux  dans l’exercice de leurs futures fonctions ». le Président de la République termine sa leçon inaugurale par une citation  de Démosthène, un célèbre Homme d’État de la Grèce antique qui disait : «  ce sont les démocrates qui font les démocraties, mais c'est le citoyen qui fait la République ». La cérémonie s’est achevée par une mémorable photo de famille, premièrement avec les enseignants de l’ENA et enfin avec les 132 élèves de la 18ème promotion.

Par: DGCOM Le 04/08/2019 12:40