PROPOS LIMINAIRE DU CHEF DE L’ETAT IDRISS DEBY ITNO

PROPOS LIMINAIRE DU CHEF DE L’ETAT IDRISS DEBY ITNO

Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française et Cher Ami,

Le Tchad est heureux de vous accueillir, ainsi que votre auguste délégation, et tient par ma voix, à vous souhaiter une très chaleureuse bienvenue et un agréable séjour.

Votre visite témoigne de l’excellence des relations historiques multiformes liant nos deux pays et nos deux peuples, et traduit notre volonté commune de contribuer à leur approfondissement

En effet, cette visite s’inscrit dans la continuité des rencontres précédentes, et nous a permis de faire un tour d’horizon des questions d’intérêt commun concernant aussi bien la coopération bilatérale que la situation sécuritaire au Sahel, dans le Bassin du Lac-Tchad et en Libye.

Il me plaît de noter qu’il y’a une grande convergence de vues sur l’ensemble des questions abordées.

S’agissant de la coopération bilatérale, nous avions noté avec satisfaction l’appui multiforme de la France au Tchad dans les différents secteurs, notamment sécuritaire et économique.

Je tiens à saluer les efforts financiers que la France a consentis au profit du Tchad, dont le décaissement récent d’une aide budgétaire de 50 millions d’euros.

De même, je voudrais exprimer notre haute appréciation à l’Agence française de développement (AFD), dont les appuis multisectoriels contribuent au développement du Tchad. Le Tchad sollicite davantage son accompagnement surtout dans les secteurs de l’eau, de la santé et du développement rural.

Je me réjouis de constater que la volonté réciproque de renforcer notre partenariat déjà solide dans de nombreux domaines, soit réaffirmée au plus haut niveau.

A cet égard, nous avions convenu d’élargir encore le champ d’action de la coopération en explorant de nouvelles pistes pour accroître les investissements français au Tchad.


En ce qui concerne, la situation sécuritaire dans la sous région et au Sahel, nous avions noté avec préoccupation la menace de plus en plus grandissante du terrorisme, en particulier la recrudescence des attaques de Boko Haram.

A ce sujet, nous avions réaffirmé notre détermination commune à tout mettre en œuvre pour renforcer la coopération sécuritaire tant au niveau bilatéral qu’avec les autres forces engagées dans cette lutte, notamment la Force multinationale mixte et la Force conjointe du G-5 Sahel.

A cet égard, nous avions relevé pour nous nous en féliciter le rôle déterminant que jouent les troupes tchadiennes et la Force Barkhane dans la lutte contre le terrorisme.

Le renforcement de la coopération sécuritaire appelle à l’opérationnalisation de la force conjointe du G5 Sahel, mais les ressources financières attendues ne sont pas encore mobilisées. Je tiens à souligner l’urgence de trouver les ressources nécessaires pour maintenir un rythme d’opérations permettant de tenir en échec les terroristes.

Je tiens à saluer l’engagement personnel du Président Macron, ainsi que son plaidoyer fort en faveur de la mobilisation d’un appui financier conséquent à la Force conjointe du G-5 Sahel. Nous devons conjuguer nos efforts pour assurer à cette force un financement pérenne si nous tenons à engager une lutte durable pour parvenir à bout de la menace terroriste.

Nous avions également exprimé nos vives préoccupations par rapport aux conséquences de la crise libyenne sur l’ensemble du Sahel en termes de développement des réseaux terroristes à cause des trafics illicites auxquels se livrent les groupes terroristes et les bandes armées occupant le sud de la Libye. Il est urgent qu’une sortie de crise inclusive et rapide soit trouvée.

Sur ce, j’invite le Président Macron à faire ses remarques liminaires avant de répondre à vos questions.

Je vous remercie de votre aimable attention.

 





Par: DGCOM Le 23/12/2018 08:12