DISCOURS DU CHEF DE L’ETAT A L’OCCASION DE LA JOURNEE DE PRIERE POUR LA PAIX .

DISCOURS DU CHEF DE L’ETAT A L’OCCASION DE LA JOURNEE DE PRIERE POUR LA PAIX .

-    Monsieur le Président du Conseil Supérieur des Affaires islamiques ;
-    Monsieur le Président de la Conférence épiscopale du Tchad ;
-    Monsieur le Secrétaire Général de l’Entente des Eglises et Missions Evangéliques du Tchad ;
-    Mes frères Oulémas,  Imams, pasteurs et
Hommes de Dieu ;
Chers fidèles de toutes les confessions religieuses ;
-    Mesdames et Messieurs, tout Protocole considéré !

Au moment où nous nous réunissons pour célébrer la 9ème édition de la Journée nationale de  prière la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale, j’ai une pensée pieuse pour l’illustre disparu, Feu  Hissein Hassan Abakar, ex-président du Conseil supérieur des affaires islamiques du Tchad, un des initiateurs de cette prière interconfessionnelle.

Ce digne fils du Tchad a été d’une grande utilité pour toute la République. Que son âme repose en paix et que son œuvre soit perpétuée.

Je salue également la mémoire de tous les fidèles décédés au cours de l’année 2018. Je renouvelle à leurs congrégations religieuses et à leurs familles respectives mes condoléances les plus sincères.

Hommes de Dieu et Fidèles de toutes les confessions religieuses ;

Je vous adresse mon salut fraternel. C’est avec un plaisir sans cesse renouvelé que je me retrouve parmi vous chaque année pour vivre ces moments de communion.

Je ne cesse de le rappeler, cette journée de prière interconfessionnelle que l’histoire retient comme étant un évènement majeur de notre calendrier, est une initiative modèle dans notre continent.

Cette journée  fait notre fierté  car nous avons tous, une lecture identique des enjeux et de la portée de la paix pour une Nation.
Hommes de Dieu,
Je partage entièrement votre engagement et votre vision pour une paix durable dans notre pays.

En plaçant cette 9ème édition de la Journée nationale de la paix, de la cohabitation pacifique et de la concorde nationale sous le thème « Citoyen, Soyons Artisan de la Paix », vous avez vu juste !

En effet, la paix n’est jamais un acquis éternel. La paix est toujours une construction, une construction de tous les instants.

Chacun de nous doit se donner les moyens nécessaires de marquer positivement sa présence sur cette terre en étant un citoyen responsable et surtout un artisan de la paix,  un véritable rempart aux idées obscurantistes.

Mes chers frères et sœurs 

Etre artisan de la paix, c’est avoir le sens du pardon et de la tolérance.

Etre artisan de la paix, c’est épouser des valeurs de partage, de dialogue et de solidarité.

Etre artisan de la paix, c’est privilégier le vivre ensemble, l’altérité et l’amour de l’autre.

Nous comprenons parfaitement  qu'être artisan de paix, n’est pas un simple slogan ou une béate proclamation.

Il s’agit d’une attitude, d’un comportement et d’une culture.

Et cette culture doit prendre sa source dans nos familles nucléaires, cellules de base de la société  et se répandre dans tous les pores de la communauté et de la nation.

Messieurs, les Chefs religieux, par votre excellente initiative, vous avez amené nos compatriotes à percevoir la profonde signification de la paix qui est notre prière commune.

Depuis des années,  vous vous investissez, au quotidien, pour vaincre les préjugés et les pratiques  qui compromettent la cohésion fraternelle et la paix.

Vous êtes devenus des éducateurs  à la vie citoyenne.  Si le Tchad compte aujourd’hui parmi les nations qui respirent la paix et la stabilité,  le mérite vous incombe, mes chers frères Hommes de Dieu.

A ce titre,  vous avez droit à la profonde reconnaissance de toute la Nation.

La 4ème République, notre idéal commun, sera toujours plus grande et plus forte tant que ses  filles et ses fils s’acceptent mutuellement et vivent dans l’unité,  la concorde et la paix.

Je vous exhorte à poursuivre sans relâche cette mission d’apôtre de la paix qui a toujours foi à ses convictions et  ne se lasse jamais de son entreprise quelques soient les embuches et les écueils.

Hommes de Dieu ;
Mes chers frères et sœurs.

Comme vous le savez tous,  au sortir du Forum National Inclusif sur  les Reformes Institutionnelles, nous avons  décrété l’amnistie générale en faveur tous les tchadiens qui, pour une raison ou une autre, ont tourné le dos à leur mère-patrie.
Beaucoup d’entre eux,  ont accepté, sans condition aucune et sans calcul, de regagner le pays  et d’apporter leur pierre à l’œuvre de la refondation.

Ce moment me paraît opportun pour saluer cette courageuse et patriotique décision qui  est un acte de cœur. 
 
Ai-je besoin, mes chers frères et sœurs,  de dire que les Tchadiens ont ras le bol de la guerre et des divisions ?

Tous les tchadiens ont aujourd’hui une seule et unique préoccupation : porter leur pays au firmament des Nations émergentes qui assurent  le bien-être social et l’épanouissement collectif.

C’est pourquoi, je saisis cette occasion pour demander, une fois de plus, à certains de nos frères qui s’obstinent dans l’aventure guerrière et suicidaire de revenir à la raison. 

Mes chers frères, revenez au pays. Il n’y  a aucune honte à revenir parmi les siens. Bien au contraire,  c’est un vrai réconfort de retrouver sa famille  et de vivre cette fraternité qui fait notre humanité.

Mes chers frères et sœurs

Nous avons d’ailleurs l’obligation citoyenne de contribuer à l’essor de ce pays qui nous a tout donné.
Le Tchad nous a donné une  identité qui fait notre dignité.

Le Tchad nous a donné  l’éducation et la formation qui garantissent notre insertion dans la vie.
 
Nous devons simplement, en retour, préserver  jalousement cet héritage et le léguer, demain, aux générations futures.

Il s’agit là, mes chers frères et sœurs, de notre responsabilité collective.

Hommes de Dieu et Fidèles de toutes les confessions religieuses ;

Je voudrais, en terminant mes propos, vous exhorter à la prière pour la sous région et tout notre continent.

La paix doit être une réalité partout dans nos pays pour  que nous puissions nous atteler au développement et au progrès.  Notre chère Afrique  a trop souffert et aspire plus que jamais à l’émergence pour avoir toute sa place dans la nouvelle configuration de la gouvernance mondiale.

Permettez-moi, d’anticiper et de former le vœu, pour l’année 2019, que le soleil de la Paix, darde ses rayons de la fraternité, de l’entente et de la concorde sur le Tchad et toute l’Afrique.

Vive la plateforme religieuse ;

Vive la République.

Je vous remercie.


Par: DGCOM Le 28/11/2018 16:32