Ouverture 19ème Conférence des Chefs d’Etat de l’Union Africaine à Addis-Abeba

Ouverture de la 19ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine ce dimanche matin à Addis Abeba (Ethiopie); en présence du Président de la République IDRISS DEBY ITNO Comme prévu, c’est à 10 heures, heure locale, 8heures, heure de N’Djamena que les travaux dudit sommet ont démarré. Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO et la Première Dame HINDA DEBY ITNO sont arrivés 5 minutes avant le démarrage des travaux. La 19ème Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine est placée sous le thème, Accroitre le commerce intra-africain. Sept allocutions ont marqué la cérémonie d’ouverture. Ce sont succédés à la tribune, le Président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, le représentant du Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon,le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, le Secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil Al-Arabi,le Président sénégalais, Macky Sall qui prend part pour la première fois à un sommet de l’Union africaine, l’Emir du Koweit, Cheikh Sabah Al-Ahmed Aljaber Al Salah, hôte d’honneur de l’UA et le Président de l’Union africaine, le Chef de l’Etat béninois, Thomas Yayi Boni. Dans son intervention, le Président de la Commission de l’UA, Jean Ping n’a pas manqué de saluer la présence à ce sommet des Présidents Sénégalais Macky Sall et Egyptien, Mohamed Morsi, fraichement élus à la tête de leurs pays et qui assistent à leur premier grand rendez-vous du continent. Jean Ping déroule en rappelant le contexte dans lequel se tiennent les travaux du présent sommet qui selon lui, s’ouvre dans un climat international marqué par la persistance de la crise économique dans la zone euro, et par l’émergence de nouveaux rapports de forces politiques mondiales. Jean Ping rappelle aussi que sur le continent, le renouveau économique annoncé par la forte résilience post-crise se confirme même si les situations politico-militaires survenues dans certains pays semblent ternir une nouvelle fois l’image de l’Afrique. Il aborde sans complaisance les crises qui secouent le continent. La RDC; les deux Soudan; le Mali; la Guinée Bissau; la Somalie et le phénomène Boko Haram au Nigeria; Alghaïda au Maghreb islamique (AQMI); et les islamistes au Nord Mali. Bref, le Président de la Commission de l’Union africaine a fait un véritable plaidoyer sur les questions de paix et de sécurité qui constituent un frein pour le développement du continent. Pour Jean Ping, l’Afrique continue de faire face à des graves défis dans ce domaine. Pour briser ce cercle vicieux et permettre à l’Afrique d’atteindre les objectifs de paix, le Président de l’Union africaine, le Béninois Thomas Yayi Boni appelle à une solidarité agissante et invite d’aller puiser dans les valeurs africaines faites de profonde sagesse et de fraternité. En janvier dernier, nous avons échoué. A ce sommet, nous n’avons plus le droit d’échouer. Chacun doit apporter sa contribution et jouer sa partition pour asseoir une nouvelle commission, par l’élection du président, a rappelé le Président Yayi Boni. Il appelle à l’unité du continent autour de la question. Tout nouvel échec signifie la division du continent», clarifie- t-il. Dans la soirée de samedi à dimanche, le comité des 8 Chefs d’Etat mandatés par l’Union africaine s’est réuni à hui clos. Le Président de la République IDRISS DEBY ITNO et ses pairs ont travaillé tard dans la nuit. Les conclusions de leurs travaux sont tenues secrètes. L’élection tant attendue à la présidence de la Commission de l’Union africaine se déroule cet après-midi. Déjà, Jean Ping et son challenger Nkosazana Dlamini sont en ordre de bataille. Chacun fait feu de tous bois dans la presse pour se donner l’image de candidat idéal.

Par: dgcom Le 15/07/2012 00:00