GRANDE MURAILLE VERTE : PLAIDOYER DU CHEF DE L’ETAT IDRISS DEBY ITNO

En marge de la cérémonie d’ouverture du sommet de Rio, le Président de la République IDRISS DEBY ITNO, Président en exercice de l’Agence panafricaine de la Grande Muraille Verte, a présidé une cérémonie de signature de l’ « appel tripartite Afrique-France-Brésil ». Madame la Représentante du Président LULA DA SILVA ; Messieurs les Gouverneurs ; Messieurs les Ministres ; Messieurs les Présidents des Grandes Institutions de Recherche et de Développement d’Afrique, du Brésil et de la France ; Mesdames et Messieurs ; Distingués invités ; Je voudrais, au nom de tous les Chefs d’Etat frères des pays membres de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte, remercier le Président LULA DA SILVA pour son combat en faveur des populations déshéritées et, par la même occasion, lui souhaiter un prompt rétablissement afin qu’il puisse continuer ses Œuvres pour le bien- être de nos populations. Mesdames, Messieurs Il n’est point besoin de démontrer que la lutte contre la désertification demeure un enjeu vital pour le continent africain et surtout pour les pays sahéliens. En effet, ses conséquences négatives sont nombreuses et diverses. Elles vont de la dégradation des terres à la paupérisation des populations déjà vulnérables, en passant par l’insécurité alimentaire jusqu’à la pression anthropique sur les ressources naturelles. C’est pourquoi, nous nous félicitons de l’excellence de la coopération, la première du genre en la matière, entre les trois continents. Elle est originale et correspond parfaitement à notre vision de faire participer beaucoup de monde à la réalisation de ce projet majeur pour le bénéfice des populations africaines. Pour ce faire, j’exprime ma gratitude au Centre de Gestion et d’Etudes Stratégiques du Brésil, à l’Agence Inter-Etablissement de Recherche pour le Développement de France et à l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte. Mesdames, Messieurs L’initiative africaine de la Grande Muraille Verte est une réponse africaine à la lutte contre la désertification. Cette initiative a la particularité d’adopter une démarche novatrice d’intégration des trois conventions mères de la génération de Rio, à savoir la convention sur la biodiversité ; la convention cadre des Nations unies , disais-je, se fonde sur la nécessité du développement d’un concept basé sur une solidarité à la fois politique, scientifique et opérationnelle en vue de la sauvegarde des zones saharo-sahariennes marginales africaines, et particulièrement sahéliennes, où les populations vivent dans la précarité. Elle touche essentiellement les aspects sociaux, culturels et économiques des régions traversées et permettra une valorisation, à terme, des vastes étendues des terres saharo-sahéliennes arides en des espaces viables avec un retour aux terroirs des populations émigrées. C’est à cet effet qu’au nom de tous les Chefs d’Etat des pays membres de l’Agence de la Grande Muraille Verte et de tous les pays africains, je rends un vibrant hommage au Président LULA DASILVA et l’exhorte, à travers son institution, à rester l’ambassadeur de la Grande Muraille Verte. Mais d’ores et déjà, nous nous faisons le plaisir et l’honneur de l’inviter au deuxième sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres de l’Agence Panafricaine de la Grande Muraille Verte, prévu au mois de septembre 2012 à N’Djaména, au Tchad. Je vous remercie

Par: Le 20/06/2012 00:00