Ouverture des travaux de la 3ème semaine scientifique agricole de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et la 10 ème Assemblée du CORAF

Discours du Chef de l'Etat IDRISS DEBY ITNO à l'ouverture des travaux de la 3ème semaine scientifique agricole de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et la 10 ème Assemblée du CORAF Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale Madame la Première Dame Messieurs les Anciens Présidents Mesdames et Messieurs les Présidents des Grandes Institutions Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement Mesdames et Messieurs les Chefs des Missions Diplomatiques et Représentants des Organisations Internationales et Non Gouvernementales Mesdames et Messieurs les participants à la semaine scientifique agricole Distingués Invités Mesdames, Messieurs Je voudrais saluer et me féliciter de l’initiative du Conseil Ouest Africain et Centre Africain pour la Recherche Agricole en abrégé le CORAF d’organiser dans mon pays la semaine scientifique agricole sur un thème d’actualité qui préoccupe au premier rang la communauté internationale et plus particulièrement les pays sahéliens dont le Tchad, il s’agit des changements climatiques. En effet, les populations rurales sahéliennes sont les mieux placés pour mesurer les impacts négatifs des changements climatiques sur leurs activités. Je voudrais aussi par la même occasion souhaiter la bienvenue à N’Djaména à tous les participants qui ont pris sur leur temps pour effectuer le déplacement de mon pays afin de partager avec leurs collègues tchadiens leurs connaissances et leurs expériences en matière agricole. La tenue de la semaine scientifique agricole a lieu quelques mois seulement après le Forum national sur le monde rural et aussi quelques semaines après le Forum International sur la santé au Tchad. Pour moi, les trois thèmes sont liés voire imbriqués, on ne peut pas les dissocier. A ce niveau, qu’il me soit permis de remercier le Président du CORAF pour la confiance qu’il a placée en mon pays en le permettant d’accueillir le présent séminaire. Les changements climatiques constituent un sujet de préoccupation majeure pour le Gouvernement de la République du Tchad d’autant plus que les populations tchadiennes en général et surtout les populations rurales en particulier sont les victimes d’une situation dont elles ne sont pas responsables. Aujourd’hui, de nombreux cours d’eau et rivière ont disparu, le Lac-Tchad, cette ancienne mer intérieure, a vu sa superficie réduite de 25000 km2 à 2500 km2, sa disparition constitue une catastrophe géologique pour l’Afrique et le monde. L’agriculture et l’élevage qui sont les richesses pérennes de mon pays souffrent des effets néfastes des changements climatiques, notre système agricole au sens large du terme est déréglé du fait d’une pluviométrie elle-même, déréglée.Cette situation nous l’avions évoquée à Copenhague lors de la conférence mondiale sur les changements climatiques pour attirer l’attention de la Communauté internationale sur les mauvaises conséquences des changements climatiques pour nos pays aux économies fragiles. Ce discours, nous l’avons répété à Rome lors du Sommet sur la Sécurité Alimentaire, récemment à Durban en Afrique du Sud et à Marseille lors du Forum Mondial de l’eau. Face à la grave menace que représente pour les populations africaines mais aussi tchadiennes, le Tchad, mon pays, a ratifié la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. En plus de cette ratification, le Gouvernement de la république du Tchad a élaboré en 2009, son Programme d’Action Nationale d’Adaptation aux Changements Climatiques. Mesdames et Messieurs La semaine scientifique agricole se tient dans la première année de mon quinquennat dont les trois premières années seront consacrées au monde rural véritable épicentre de ma politique pour un Tchad meilleur, pour un Tchad qui a décidé d’arracher sa souveraineté alimentaire et non la sécurité alimentaire qui est pour nous un slogan et non une ambition. C’est pour cela, que j’ai souverainement engagé une politique dynamique pour sortir le monde rural de la situation de précarité dans laquelle elle vit. C’est ainsi que des tracteurs, des intrants sont livrés aux producteurs agricoles et pour ce qui concerne des fermes, des mares d’eau, des abattoirs modernes et des usines des transformations de produits animales seront construits où sont construits. Il en sera de même pour la pêche. Cette politique vise l’objectif du renforcement des moyens d’adaptation des populations rurales aux changements climatiques qui n’est autre que le thème du séminaire scientifique dont le Tchad abrite les assises. Mesdames et Messieurs Distingués invités Nos pays d’Afrique de l’ouest et du centre classés peut-être à tort par les institutions internationales comme les pays pauvres doivent en plus faire face aux difficultés consécutives aux changements climatiques qui affectent des secteurs vitaux comme l’agriculture, l’environnement et la santé des populations. Les efforts des millions de personnes qui sa battent pour ne pas subir les effets de la sécheresse et des tempêtes tropicales, les inondations et autres méfaits environnementaux. Pour ce faire, je ne doute pas un seul instant en votre capacité à trouver des solutions pour aider nos populations rurales à s’adapter aux changements climatiques. A et effet, je voudrais vous encourager à traiter le thème avec toute l’attention nécessaire car des résultats de vos travaux dépendront les bénéfices que nos pays pourraient en tirer et de l’investissement que vous-même aviez accepté de consentir pour la réussite de ce séminaire. Sur ce je déclare, ouverts les travaux du séminaire scientifique agricole organisé par le CORAF. Je vous remercie

Par: Le 16/05/2012 00:00