Ouverture de la 15ème conférence de la CEEAC

La 15 ème Conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEEAC s’est ouverte cet après-midi à N’Djaména. Après deux reports successifs dus à des contingences diverses, la 15ème conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale(CEEAC); s’est ouverte ce dimanche à N’Djamena, la capitale du Tchad. Cinq Chefs d’Etat sur les dix annoncés étaient présents. Il s’agit de Théodoro Obiang Nguema de la Guinée Equatoriale et Président en exercice de l’Union africaine, Denis Sassou Nguesso du Congo Brazzaville, François Bozizé de la RCA, Pierre Nkurunziza du Burundi et bien évidemment du Président en exercice de la CEEAC et Chef d’Etat du Tchad, IDRISS DEBY ITNO. Les Premières Dames du Tchad HINDA DEBY ITNO et Monique Bozizé de la RCA ont assisté à l’ouverture des travaux. Six discours ont marqué la cérémonie d’ouverture de la 15ème conférence de la communauté sous-régionale. Le Maire de la ville de N’Djaména a planté le décor en souhaitant tout naturellement « la bienvenue à toutes les délégations à N’Djaména, capitale du Tchad, pays de Toumaï, berceau de l’humanité ». Le représentant de la Banque africaine de développement,(BAD); a salué les efforts consentis par le Tchad et son Président pour la paix et la promotion de la bonne gouvernance. « Des éléments sans lesquels, aucun développement n’est possible », dira t-il. Il a exprimé sa profonde gratitude et sa reconnaissance aux autorités tchadiennes pour leurs soutiens apportés à la BAD. Le troisième intervenant est le représentant du Secrétaire général de l’ONU. Il a invité tous les Etats membres de la CEEAC à conjuguer leurs efforts pour une intégration réussie. Dans un discours fleuve de prés de 10 minutes, le Président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping s’est attardé sur les multiples soubresauts qui ont secoué le continent durant l’année 2011,avec en point de mire « le printemps arabe ». Pour M. Ping, l’Afrique doit parler d’une même voix pour se faire entendre. Il a salué la vision panafricaniste du Chef de l’Etat tchadien et ses implications soutenues pour la résolution des conflits en Afrique. « Il nous faut engager des réflexions pour faire face aux nouveaux défis qui s’imposent à l’Afrique », a-t-il invité. Cependant, Jean Ping s’est réjoui de la santé économique du continent. « Aujourd’hui, le taux de croissance de l’Afrique est situé entre 5,5 et 6%. Il y a des pays africains qui ont un taux de croissance à 2 chiffres. Il est clair que c’est nous qui devons sauver aujourd’hui ceux qui ont l’habitude de nous sauver hier », a-t-il lancé. Le Gabonais Jean Ping a par ailleurs exhorté les pays de la CEEAC à mener une lutte sans merci contre la criminalité. Pour sa part, le Secrétaire général de la CEEAC, Louis Sylvain Goma a noté avec une nette satisfaction, les multiples engagements des pays membres pour redorer le blason de l’instrument communautaire. En ouvrant les travaux, le Président de la République, IDRISS DEBY ITNO et Président en exercice de la CEEAC a souligné que l’intégration régionale est une conviction politique et personnelle. Il a invité ses pairs de la sous-région à s’investir davantage pour que l’Afrique centrale ne soit pas le dernier wagon de la locomotive de la mondialisation. Les Chefs d’Etat et de gouvernement se sont retrouvés ensuite à huis clos pour poursuivre leurs travaux .La clôture de la conférence intervient ce dimanche.

Par: DGCOM Le 15/01/2012 00:00