Discours du MEMSGP à l’ouverture de la 66ème Session Ordinaire des pays membres de la CBLT.

  • Monsieur le Ministre Fédéral des Ressources en Eau de la République Fédérale du Nigeria, Président du Conseil des Ministres de la CBLT ;
  • Madame la Ministre de l’Hydraulique Urbaine et Rurale de la République du Tchad, 1er Commissaire du Tchad auprès de la CBLT ;
  • Mesdames et Messieurs les Commissaires ;
  • Monsieur le Secrétaire Exécutif de la CBLT ;
  • Mesdames et Messieurs les Experts et Points Focaux des pays membres de la CBLT ;
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs et Chefs de Division de la CBLT ;
  • Mesdames et Messieurs les Coordonnateurs des Projets et Programmes de la CBLT ;
  • Mesdames et Messieurs ;
  • Distingués invités.

Le Gouvernement tchadien se réjouit fortement de la tenue à N’Djamena de la soixante-sixième Session Ordinaire du Conseil des Ministres des pays membres de la Commission du Bassin du Lac-Tchad.

Aussi, voudrais-je m’acquitter d’un devoir, celui de vous adresser les chaleureuses salutations du Maréchal du Tchad IDRISS DEBY ITNO, Président de la République, Chef de l’Etat.

En Son nom propre et au nom de Son Gouvernement, je voudrais également saluer, la présence d’éminentes personnalités à cette rencontre virtuelle. Ce qui montre toute la prégnance et la portée accordée, aux préoccupations essentielles qui touchent notre Organisation et les peuples du Bassin conventionnel.

Mesdames, Messieurs ;

Distingués invités ;

Le Conseil des Ministres, faut-il le souligner, est l’Organe Technique de la CBLT et a pour mission de contrôler, de superviser les activités de la Commission et d’approuver les Rapports d’activités.

C’est dans cette logique que s’inscrit, la tenue de la 66ème Session dont j’ai l’honneur de présider la cérémonie officielle d’ouverture depuis N’Djamena, siège de l’importante Institution du Bassin conventionnel.

Cette session se déroule à une étape difficile de l’histoire de notre Organisation où, en sus des défis traditionnels complexes auxquels  sont  confrontés nos pays respectifs, nous avons aussi à faire face à la pandémie de Covid-19 et ses impacts multidimensionnels. Cette pandémie, comme on le vit, a mis à rude épreuve l’ensemble de la communauté de notre Bassin déjà, triplement fragilisé par les défis sécuritaires, sanitaires et environnementaux.

En dépit de ces multiples contraintes, nous devons mener à bien notre Agenda pour le développement de notre Bassin commun.

C’est d’ailleurs, l’une des raisons de cette rencontre consacrée, entre autres, à la présentation de la situation financière et à l’adoption du programme d’activités et du budget annuel pour l’exercice 2021.

Ces sujets sont éminemment importants tant le fonctionnement de notre Organisation et de son Programme de Travail et Budget annuel conditionnent, la réalisation des aspirations légitimes de nos peuples à une vie meilleure.

Cette rencontre permettra également d’examiner, les différents points relatifs à la mise en œuvre de la stratégie régionale de stabilisation ainsi que les nouveaux Programmes et Projets visant la lutte contre les changements climatiques, le chômage des jeunes et la pauvreté, trois autres défis majeurs qui s’imposent à nos pays tant leur interaction est forte avec un autre, en l’occurrence, la sécurité.

Il est indéniable que cette approche régionale inclusive, intégrée et collective est nécessaire en vue de réaliser des progrès durables sur le terrain de paix, de la stabilité et du développement dont notre sous-région a grandement besoin.

C’est d’ailleurs, cette grande ambition qui forme les idéaux communs et la raison d’être de  notre Organisation.

Au regard de la dimension de ces enjeux, je forme le vœu ardent que cette rencontre débouche sur des conclusions innovantes et pertinentes.

Distingués invités ;

Mesdames, Messieurs ;

Si nos actions sont donc réelles, nos défis le sont tout autant. Sous la vision éclairée et la forte volonté politique de nos Chefs d’Etat, je suis convaincu que nous ferons des progrès significatifs dans notre marche résolue vers le bien-être des populations et le développement harmonieux  du Bassin du Lac-Tchad.

Pour sa part, le Gouvernement de la République du Tchad réitère son engagement au sujet du développement du Bassin conventionnel qui nourrit plusieurs millions d’âmes mais reste cependant soumis aux aléas naturels de toutes sortes et aux exactions menées par la secte terroriste Boko-Haram.

Pour sécuriser les populations riveraines du Bassin, le Maréchal du Tchad, intrépide soldat et fidèle artisan de la Paix et de la Stabilité, a fait lui-même une descente sur le terrain militaire qui s’est soldée par la libération immédiate des zones occupées par les éléments de Boko-Haram et ayant fait des centaines de morts dans leurs rangs.

D’où l’opération « Colère de Boma »  lancée par le Maréchal du Tchad du 31 mars au 08 Avril 2020 ayant permis la forte raclée et la débandade des djihadistes de Boko-Haram sur les îles du Lac-Tchad. Nous lui sommes reconnaissants pour ces hauts faits d’armes et ce mérite panafricaniste à inscrire en lettres d’or dans les annales de la CBLT.

Par la même occasion, nous nous réconfortons des opérations menées par l’ensemble de nos Forces de sécurité sous le commandement de la Force Mixte.

Je ne saurais terminer mon propos sans saluer les  remarquables efforts consentis par nos Gouvernements ainsi que les Partenaires Techniques et Financiers dans la préservation du Lac-Tchad qui constitue notre patrimoine commun.

C’est sur cette note d’espoir et de satisfaction que je déclare ouverte, la 66ème Session Ordinaire du Conseil des Ministres des pays membres de la CBLT.

                 Je vous remercie pour votre aimable attention.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية