DISCOURS DE LA PREMIERE DAME À L’OCCASION DE LA JOURNÉE MONDIALE SIDA EDITION 2020

  • Monsieur le  Représentant du Président de l’Assemblée Nationale ;
  • Messieurs les Présidents des grandes institutions de la République ;
  • Mesdames, Messieurs les Membres du Gouvernement ;
  • Mesdames, Messieurs les membres du cabinet du Président de la République ;
  • Mesdames, Messieurs les Chefs de mission Diplomatiques, consulaires et Représentants des organisations internationales ;
  • Monsieur le Représentant de l’ONUSIDA ;
  • Distingués invités ;
  • Mesdames, Messieurs.

Comme tous les ans,  je  suis heureuse  de me retrouver parmi vous pour célébrer  la journée mondiale dédiée  à la lutte contre le Sida.

Je salue cette mobilisation qui donne un relief tout particulier à cet évènement.  Aussi, voudrais-je, très sincèrement, remercier chacune et chacun d’entre vous pour votre présence à cette cérémonie.  Plus qu’un devoir protocolaire, il s’agit d’un réel élan individuel et collectif dans la lutte contre  le Sida.

  • Distingués invités ;
  • Mesdames, Messieurs

Permettez-moi d’exprimer toute mon adhésion au thème de cette Journée mondiale de lutte contre le Sida à savoir : «  solidarité mondiale et responsabilité partagée ».

Au-delà de sa valeur rhétorique et symbolique,  ce thème s’inscrit dans l’aire du temps et met en exergue une préoccupation à la fois urgente et impérieuse.

Préoccupation urgente parce que cette journée se tient dans un contexte fort critique marqué par la pandémie de Covid-19 qui continue à semer le deuil et la tragédie.

Préoccupation impérieuse car tout la communauté des nations est astreinte à un devoir de mutualisation des efforts et de coordination des actions en vue de mieux faire face au défi.

Oui, le défi est de taille. Le Sida qui représente, en soi,  un mal planétaire, est aujourd’hui renforcé dans sa dimension périlleuse par  la Covid-19. Comme nous le savons tous,  la Covid 19 a désarticulé les économies du monde et affecté sérieusement le tissu social surtout dans les pays en développement. Dans ce contexte  de vulnérabilité accrue,  les conditions de vie de millions de personnes  et surtout celles des personnes  vivant avec le VIH/Sida se détériorent fortement.

Il est donc nécessaire d’organiser la riposte non seulement pour contenir la pandémie ou plutôt la double pandémie mais gérer leurs conséquences multidimensionnelles, tant au niveau des individus que des Etats. Et je voudrais, à cet égard, saluer l’initiative  de l’ONUSIDA qui convie la communauté internationale à plus de solidarité et de responsabilité partagée. 

En effet, c’est une dynamique  de lutte  holistique et durable  qui doit être construite. Aujourd’hui plus qu’hier, il est impérieux que le monde entier  soit plus uni et  davantage soudé pour agir de  manière coordonnée.  S’il y a un seul mot d’ordre qui doit régir l’action mondiale contre le Sida, c’est bel et bien la solidarité et la responsabilité partagée.

Mesdames, Messieurs.

En lien avec le thème de cette journée,  il me plait de  noter que notre pays,  le Tchad a contribué à cette chaîne de solidarité mondiale et de responsabilité partagée. Ce sont des ressources importantes que le Gouvernement a mobilisées pour assurer la gratuité de la prise en charge globale du VIH/Sida depuis 2007 et garantir la continuité des soins à nos frères et sœurs infectés ou affectés par la pandémie du sida.  C’est à juste raison  que notre pays avait été cité en modèle en son temps comme étant le troisième pays en Afrique qui s’est approprié la riposte au VIH.

En me conformant aux données programmatiques disponibles, je pourrais relever que la tendance générale de l’épidémie du VIH au Tchad va à la régression mais le pari est loin d’être gagné. De  infections nouvelles  sont enregistrées.  Des enfants continuent à naitre avec  le VIH en dépit de l’arsenal de prévention dont on dispose. La double stigmatisation et discrimination des personnes vivant avec le VIH crée des barrières dans l’accès aux services de soins, et en matière de protection des droits de l’homme.

Face tous ces  défis,  il n’y a pas de recette miracle.  Nous devons simplement privilégier l’action tant dans le domaine la communication sociale,  de la prise en charge des personnes infectées que de la lutte contre les discriminations et la stigmatisation.

– Mesdames, Messieurs

La célébration de la Journée Mondiale Sida est un rappel à plus de conscience partagée sur la nécessité de  la lutte. En ma qualité d’ambassadrice spéciale de l’ONUSIDA, je prends la pleine mesure de ma responsabilité de contribuer à la vulgarisation  des pratiques et conduites aux fins de réduire de manière considérable les nouvelles infections.

Le dépistage massif et volontaire doit entrer dans les mœurs car il est important  que chacun puisse connaître son  statut sérologique  et bénéficier au plus vite d’une prise en charge.

J’exhorte mes chères sœurs  à fréquenter les structures sanitaires lorsqu’elles sont enceintes pour un meilleur suivi de la grossesse et se faire dépister le plus tôt possible. Celles dont le test est positif seront prises en charge et mises sous traitement antirétroviral pour leur propre santé et éviter la transmission à leur bébé. Le  bébé bénéficiera également de soins et de traitement adéquat selon sa situation sérologique

Il est aussi nécessaire que la personne vivant avec le VIH prenne normalement les antirétroviraux et se livre  aux contrôles périodiques  de la charge virale.   

Je saisi cette opportunité pour exhorter  toutes nos communautés à une conscience renforcée sur l’ampleur du défi et la nécessité d’un changement de comportement. Je sais combien l’investissement et la mobilisation    des uns et des autres sont décisifs et cruciaux  pour éliminer le VIH à l’horizon 2030.

  • Distingués invités ;
  • Mesdames, Messieurs.

Je voudrais, pour finir,  inviter chacune et chacun d’entre nous à s’approprier  le thème de cette édition  de la Journée Mondiale de lutte contre le Sida.

La solidarité et la responsabilité partagée, ce n’est pas seulement l’affaire des  Nations Unies, des gouvernements et des  États.

La responsabilité et la solidarité doivent surtout se manifester au sein de nos cellules de base  de la société. C’est la somme des solidarités à l’échelle de nos familles et de nos  communautés  qui fera la plus value de la solidarité internationale.

Je vous remercie de votre bien aimable attention.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية