DIALOGUE SOCIAL

D’entrée de jeu le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, M. Kalzeubé Payimi Deubet,a tenu à placer le soleil dans son orbite en précisant que cette réunion Gouvernement partenaires sociaux était prévue pour le lundi 26 octobre, mais à cause de contraintes des agendas, elle n’a pu avoir lieu la grève de la plateforme syndicale intervenue ce 27 octobre n’est que pure coïncidence. M. Kalzeubé Payimi Deubet de poursuivre son argumentaire en déclarant que le protocole d’accord signé le 09 janvier 2020 entre legouvernement et les organisations syndicales ne donne pas la latitude d’aller en grève jusqu’à la signature du pacte social.

Abordant les deux points ayant conduit à la grève, le Ministre d’Etat Kalzeubé Payimi Deubet a brandi un courrier instruisant le Ministre des Finances de procéder au paiement des frais de transports au plus tard, fin décembre  2020. Selon lui, la grève n’a pas sa raison d’être car, le dialogue n’est pas rompu et tous les points de revendications sont sur le point d’être satisfaits. S’agissant justement de la levée du gel des effets financiers des avancements et reclassements, syndicats et gouvernement, sous la houlette du Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, M. Kalzeubé Payimi Deubet,ont trouvé un compromis. Les dossiers des avancements et reclassements seront traités respectivement par les ministères utilisateurs, le Ministère de la Fonction Publique avant transmission à celui des Finances. Un comité gouvernement syndicats sera mis en place pour traiter les 60.000 dossiers des agents de l’Etat devant bénéficier des effets financiers des avancements et reclassements.

Mahamat Nasradine Moussa, porte-parole adjoint de la plateforme syndicale revendicative, Brahim Ben Said, de la Confédération libre des travailleurs du Tchad (CLTT), du Syndicat des travailleurs de la Santé et des agents sociaux du Tchad (SYNTAST), Mahamat Tahir Hassan Gouchoulaye,  président de la Confédération syndicale du Tchad (CST) et  M. Younous Mahadjir ont, à l’unanimité,salué etreconnu les efforts déployés par le Gouvernement tout en regrettant la non exécution de deux points depuis dix mois.

Très positif, le facilitateur M. Ali Abbas Seïtchi, Président du cadre national du Dialogue Social (CNDS) demande aux deux parties de garder espoir et de privilégier le dialogue. Ne périclitons pas. Fin décembre n’est pas loin. Gardons l’ambiance qui a prévalu tout au long des négociations ayant abouti à la signature de l’accord dont la quasi-totalité des points sont satisfaits. Les partenaires sociaux ont promis rendre compte à leur base les conclusions de la réunion.

     

 

Choix de la langue / اختيار اللغة

Choisissez la langue dans laquelle vous souhaitez consulter le site de la Présidence de la République du Tchad. / .اختر اللغة التي ترغب في الاطلاع على الموقع الإلكتروني لرئاسة الجمهورية
Français
العربية